Politique, Société

« La France est un pays de race blanche »

Samedi soir, Nadine Morano était l’invitée de l’émission « On n’est pas couché », animée par Laurent Ruquier ; l’occasion pour l’eurodéputée et vice-présidente de la Commission nationale d’investiture des Républicains de faire parler d’elle.

Morano

« Nous sommes un pays judéo-chrétien – le Général De Gaulle le disait –, de race blanche, qui accueille des personnes étrangères ». Voici le portrait de la France dressé par Nadine Morano.

Cosmopolitisme, multiculturalisme, diversité, semblent être des concepts étrangers au vocabulaire de l’ancienne ministre. A l’heure de la mondialisation et des échanges interculturels, Nadine Morano rêve d’une France uniforme. « J’ai envie que la France reste la France. Je n’ai pas envie que la France devienne musulmane », ajoute t-elle.

Obnubilée par l’islam, elle craint de voir « les musulmans devenir plus nombreux ». Il faut savoir que Nadine Morano ne peut s’en empêcher, évoquer l’islam dans ses interventions médiatiques est devenue pour elle un véritable rituel. Dans Valeurs Actuelles, elle déclarait qu’il fallait « préserver nos racines, ça veut dire aussi qu’il faut maitriser l’immigration, il faut que la religion musulmane reste une religion minoritaire, je le dis ». Selon Nadine Morano, la laïcité implique de préserver les traditions d’une France judéo-chrétienne et de respecter la liberté de chacun d’exercer son culte, tout en veillant à ce que l’islam ne prenne pas trop de place.

Pour Mme Morano, maîtriser l’immigration est un défi majeur posé à la France. Pour y faire face, elle propose le vote annuel au Parlement d’un quota d’immigrés en fonction de la capacité du pays, mais surtout en fonction du continent de provenance. Il s’agit donc d’une immigration sélective, basée sur des critères culturels et religieux. Pour l’élue européenne, il n’est en effet pas normal de voir autant de musulmans arriver en France.

En résumé, Nadine Morano a suscité un profond malaise sur le plateau de France 2. Ses interventions prouvent encore une fois à quel point il est difficile pour elle d’être une femme politique compétente.

Pour sanctionner ses propos, Les Républicains semblent être sur le point de prendre une sage décision : retirer son investiture pour les régionales dans le Grand Est.

Kheira Djouhri

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *