Société, Sport

La lutte contre les féminicides en Turquie soutenue par une grande sportive

Birgül Erken, championne turque de plongée libre, a annoncé son intention d’effectuer « la plus longue distance de natation sous-marine en apnée », afin d’attirer l’attention sur le fléau de la violence contre les femmes. Elle s’est dite inspirée par les manifestations contre l’assassinat hautement brutal et cruel de Pınar Gültekin en juillet dernier, mais aussi par les velléités de certains politiciens de revenir sur la ratification de la Convention d’Istanbul par la Turquie.

Le féminicide en forte progression

L’assassinat de Pınar Gültekin, une universitaire de 27 ans, par son ancien petit-ami, Cemal Metin Avci, a suscité un discours passionné et une mobilisation considérable en Turquie contre le féminicide. Selon la plateforme « Nous mettrons fin aux féminicides », 474 femmes ont été tuées en Turquie en 2019, contre 440 en 2018 et 180 en 2010. Depuis le mois de juillet, 36 femmes ont été tuées en Turquie.

Lire aussi : http://aujourdhuilaturquie.com/fr/la-turquie-choquee-par-un-enieme-feminicide/ 

Des chiffres qui ont un écho particulier alors que dans le même temps, à Ankara, certains annonçaient leur volonté de dénoncer la Convention d’Istanbul, la « Bible de la protection des femmes », une décision qui a intensifié les débats. 

La Pologne a déjà lancé le 27 juillet une procédure de dénonciation de la Convention d’Istanbul. Désormais, c’est au tour de la Turquie de remettre en question la pertinence et l’efficacité de la Convention d’Istanbul. En effet, certains en Turquie critiquent la Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique sous prétexte qu’elle menace les « valeurs familiales »… 

Lire aussi : http://aujourdhuilaturquie.com/fr/dur/

Une réflexion qui est fortement critiquée par les femmes turques ainsi que par la communauté internationale. Plusieurs milliers de femmes ont manifesté, mercredi 5 août, pour afficher leur attachement à cet instrument juridique portant sur la prévention de la violence domestique, la protection des victimes et la poursuite des auteurs d’actes violents à l’encontre des femmes. 

La championne turque Birgül Erken compte bien, elle aussi, monter au créneau ! 

Un record mondial pour soutenir la cause des femmes

Titulaire de plusieurs records dans diverses disciplines liée à l’apnée, mais également représentante nationale et mannequin sous-marin, Birgül Erken souhaite user de son influence pour sensibiliser l’opinion publique à la cause des femmes. Pour se faire, elle compte établir un nouveau record de la plus longue distance horizontale en apnée (165 m) ! 

Celle-ci a déclaré : « Avec ce record, je veux lancer un appel à l’humanité de ce pays, où la science est née, à mettre fin à toutes les formes de violences contre les femmes. Je veux ainsi utiliser ma voix pour soutenir toutes les femmes et les filles qui sont soumises à la violence sociale fondée sur leur sexe. » 

Soutenue par son mari, Değer Erken, et par le Club sportif de l’université technique d’Istanbul, elle détient déjà un record d’apnée en cube en plongée libre et en 2013, elle a remporté une médaille de bronze en apnée de vitesse lors du championnat mondial de plongée libre CMAS. 

Considérée comme l’une des plongeuses libres les plus réputées du monde, elle a effectué son record le 10 août dans le district d’Ayvacık, dans la province de Çanakkale. `

Néanmoins, du fait d’une erreur de protocole (l’un des plongeurs de sécurité a touché le bras de l’athlète), il est possible que son record ne soit pas enregistré au Guinness. Quelle que soit la décision, on ne peut qu’espérer que son message soit passé ! 

Natasha Voase 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *