Société

La mine de Soma : une terrible catastrophe, symbole d’un bouleversant retour en arrière

Photo: Levent Kulu

Photo: Levent Kulu

« La vérité et la justice sont souveraines, car elles seules assurent la grandeur des nations ». Ces paroles de l’écrivain français Émile Zola mettent en exergue les fondements d’une nation démocratique. En effet, vérité et justice constituent l’étai indispensable à la pérennité d’un État démocratique. Une semaine après le terrible accident de la mine de Soma en Turquie qui a causé la mort de plus de 300 personnes, ces mots de l’auteur de Germinal résonnent comme un cri d’alarme à l’égard d’un peuple qui réclame justice et vérité face à un accident qui aurait pu être évité. En effet, un rapport datant de 2010 a été dévoilé par Hurriyet daily news faisant état de dangers potentiels. C’est donc le cœur rempli d’émotion et de colère qu’une partie de la population a décidé, ces derniers jours, de descendre dans les rues afin de réclamer justice et clarté sur cette catastrophe.

L’explosion de la mine de Soma : un triste écho littéraire à Germinal

Photo: Levent Kulu

Photo: Levent Kulu

Paru en 1885, Germinal, ouvrage écrit par Émile Zola dépeint les conditions de travail effroyables que connaissent les mineurs français notamment du Nord de la France à la fin du 19ème siècle. Même si le pays, l’époque, les critères sociaux et l’origine des décès sont complétement différents, l’accident de Soma peut faire penser sur de nombreux points à la société de mineurs décrite dans Germinal. Le visage des hommes noircis par le charbon et la poussière, les mines tristes et fatiguées d’hommes exténués par des conditions de travail inhumaines, des ouvriers impuissants face à un patronat soucieux de gain économique. Néanmoins, il est important de ne pas tomber dans une forme d’anachronisme en comparant deux époques très différentes, mais il s’agit dans cet article de mettre en lumière une catastrophe injustifiable rendue possible par la désinvolture de certains responsables politiques de même que d’un patronat tourné uniquement vers des objectifs financiers et dont les aspirations sociales semblent secondaires .

« Ne pouvant fortifier la justice, on a justifié la force », ce triste constat, énoncé par Blaise Pascal, d’une société où la légitimité de la justice semble obsolète, est la raison pour laquelle il est nécessaire de dénoncer dans cet article le manque de transparence politique et le faible intérêt pour le fait social de la part des dirigeants. Soma qui a déchiré des familles, Soma qui a plongé une nation entière dans un deuil, Soma qui a montré les failles d’un gouvernement dans la tourmente, ne doit pas rester vain et doit servir la cause des plus démunis dans le but d’aboutir à une société plus juste et égalitaire.

Photo: Levent Kulu

Photo: Levent Kulu

« L’Histoire est un perpétuel recommencement » Thucydide

L’histoire minière a été marquée par de nombreuses tragédies. On peut notamment évoquer les terribles accidents miniers qui ont touché l’Angleterre en 1894 ou la Chine et le Japon dans les années 1940 et 1960. Contrairement à certains responsables politique il ne s’agit en aucun cas de justifier l’explosion de la mine de Soma en énumérant les différents drames miniers de l’histoire. Il s’agit au contraire de montrer que 120 ans après la catastrophe minière survenue en Angleterre, la Turquie, pays qui a connu un incroyable essor économique durant ces 10 dernières années pour atteindre un taux de croissance de 9,1% en 2010 et être la première puissance économique du Moyen-Orient la même année, se trouve confrontée en 2014 au plus grand désastre minier de son histoire. Cet article doit donc éveiller les esprits, faire prendre conscience à la population que ce type d’événements est injustifiable et ne peut rester sans réponse. Il est du devoir de chacun d’honorer la mémoire des centaines de mineurs morts de ne pas avoir été entendus, morts de ne pas avoir été pris en compte par les dirigeants politiques.

En choisissant pour titre Germinal, Émile Zola voulait faire référence au mois du calendrier républicain qui correspond au début du printemps et à la renaissance de la nature. L’écrivain français établit un parallèle avec le développement de la conscience ouvrière. Dans son ouvrage, Émile Zola évoque la germination dans l’esprit des ouvriers, dans leur refus de leurs conditions de vie et de travail misérables. La conscience de classe, le fait de se mobiliser pour un objectif commun, celui de la justice et de l’égalité, se fait ainsi par la métaphore à la germination printanière. C’est donc avec espoir et passion qu’il faut espérer que l’après Soma se traduise de la même façon, pour que la mort de ces mineurs ne soient pas vaines et qu’elles contribuent à un renouvellement des consciences pour une société plus juste à l’égard des plus démunis.

Quentin Grislain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *