Politique

La nouvelle Assemblée nationale réunie aujourd’hui pour la prestation de serment

La Grande Assemblée nationale de turquie, dont la plupart des membres ont été réélus le 1e novembre, seront réunis aujourd’hui pour prêter serment, ouvrant la voie à la formation d’un nouveau gouvernement.

photo AFP

photo AFP

Alors que les membres de l’Assemblée nationale ont prêté serment aujourd’hui, le Président Erdoğan devrait mandater le Premier Ministre Ahmet Davutoğlu pour former le nouveau gouvernement dans la foulée. Le nouveau cabinet devrait être officialisé demain (18 novembre), jour anniversaire de la formation du tout premier gouvernement AKP (Parti de la Justice et du développement) en 2002 par son leader d’alors, Abdullah Gül. Certains membres du parti y voient un retour, à l’esprit fondamental du parti.

Changement par rapport aux procédures précédentes, M. Erdoğan n’attendra pas l’élection d’un nouveau porte-parole parlementaire, prévue le 22 novembre. C’est Deniz Baykal, l’ancien chef kémaliste et plus ancien membre du Parlement, qui occupera le poste de porte-parole parlementaire par intérim, jusqu’à l’élection de son successeur.

M. Davutoğlu rencontrera les représentant des principaux partis politiques pour leur demander leur coopération dans l’agenda parlementaire à venir. L’AKP (Parti de la Justice et du Développement) souhaite que le Parlement soit réuni pendant cinq jour, examinant les différents sujets les trois premiers jours et légiférant durant les deux restants. Le gouvernement a prévu d’inscrire une loi de budget temporaire sur l’agenda parlemenaire.

Etant donné que la préparation de la Loi de Gouvernance budgétaire nationale ne pourra être achevée dans un si court laps de temps, l’AKP dessinnera un “budget temporaire” pour le premier quart de l’année 2016. Le Parlement examinera la Loi de Gouvernance budgétaire nationale en janvier, bien qu’il le fasse d’ordianire en décembre.

Lors d’un meeting de l’AKP réuni hier à Ankara, le Premier Ministre a déclaré que sont parti travaillerait à bâtir “une Turquie plus libre, plus juste et plus crédible”. “La Turquie sera un pays dont on sera fier d’être citoyen et la civilisation au centre du monde”, a t-il ajouté. Rappelant le souhait de l’AKP de modifier la constitution, il a appelé à la coopération de l’ensemble des partis. Il a également annoncé que les nouvelles réformes seraient mises en place dans une optique “libérale et participative” dans les trois premiers mois, dès lors que le parti aurait reçu le vote de confiance et l’approbation parlementaire pour le budget gouvernemental.

Coralie Forget

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *