Politique, Société

La place Taksim encore interdite d’accès pour le 1er mai

Le pays s’apprête à connaître demain un nouveau premier mai placé sous les signes de la tension et de la confrontation. À cette occasion, plusieurs lignes de métros seront suspendues tandis que des dizaines de milliers de policiers seront mobilisés dans les quartiers où des débordements risquent d’avoir lieu, notamment du côté de la fameuse place Taksim.

polis

Le gouvernement a renouvelé l’interdiction de tout rassemblement à Taksim dans le cadre de la célébration de la journée des travailleurs. En effet, le quotidien Hürriyet Daily News rapporte que Vasip Şahin, préfet d’Istanbul, a rendu compte de cette décision après une réunion avec les représentants du Comité organisant la Fête du travail. La demande du Comité représentatif d’ouvrir la place Taksim aux manifestations pendant la journée du 1er mai n’a pas été rencontrée. Il a par ailleurs été signalé que la place Taksim allait être fermée à toutes sortes de manifestations et, par conséquent, aux marches du 1er mai.

Lignes de metro suspendues et coupures d’électricité

Toutefois, les syndicats et partis de gauche ont vraisemblablement décider de maintenir les mouvements protestataires. La probabilité que des débordements aient lieu demain sur la place Taksim étant élevée, la municipalité métropolitaine d’Istanbul a annoncé que le métro et les services funiculaires menant à la place seront suspendus durant l’ensemble de la journée. La finalité de ceci étant d’empêcher les manifestants d’être à même de se rendre à la place Taksim. Il s’agit de la ligne Hacıosman – Yenikapı, en l’occurrence de la liaison entre les arrêts Osmanbey et Şişhane, correspondant aux stations situés de part et d’autre de la place Taksim. Le funiculaire reliant Kabataş à Taksim sera également inopérationnel. Les forces de l’ordre devraient être présentes en très gros contingent.

Par ailleurs, des coupures de courant sont aussi à craindre. Effectivement, la société privée de distribution d’électricité Bedaş, située sur la rive européenne de la ville d’Istanbul, a annoncé que l’électricité ne sera pas fournie à plusieurs quartiers de la ville, en la journée du 1er mai, officiellement en raison de « travaux de maintenance et de réparation ». Les zones concernées par ces coupures d’électricité se trouvent principalement dans les quartiers de Fatih, Eyüp, Şişli, et les districts de Küçükçekmece et d’Esenyurt.

Taksim et le « syndrome du 1er mai »

En Turquie, les manifestations du 1er mai constituent un rendez-vous annuel particulièrement sensible depuis la fin des années 70 : période de grandes violences politiques et au cours de laquelle militants d’extrême-gauche et nationalistes s’entretuaient à rythme soutenu au sein des campus universitaires comme dans la rue. Les célébrations à Taksim dans le cadre de la fête du travail furent interdites à la suite de celles de 1977, qui rassemblèrent à Taksim un demi-million de personnes, au cours desquelles on déplora 37 morts à la suite de tirs à l’origine indéterminée et du mouvement de panique consécutif. Il faudra attendre 2009 pour que le 1er mai soit rétabli comme un jour férié (par l’actuel président) et les manifestations à Taksim de nouveau autorisées. Pour ces dernières cependant, le répit fut de courte durée : en 2013 déjà, l’interdiction de manifester était de retour.

1977

Le rassemblement monstre de 1977 à l’issue dramatique.

L’année dernière, des heurts étaient à déplorer quand des manifestants ayant forcé des barrages et bravé l’interdiction de rassemblement sur la place Taksim avaient été reçus à coup de canon à eau et de gaz lacrymogène. De son côté, le gouvernement continue à justifier cette interdiction de manifester en invoquant la menace de « groupes terroristes ».

À la veille d’inévitables confrontations entre forces de l’ordre dépêchées en nombre et manifestants prêts à braver l’interdit, l’ambiance commence doucement à s’électriser sur les rives du Bosphore. Vous l’aurez donc compris, la prudence sera demain de rigueur.

« Dans le contexte des manifestations habituellement organisées le 1er mai, qui peuvent être émaillées d’actes de violence, il est recommandé de se tenir à l’écart d’éventuels attroupements de nature politique et déconseillé, en particulier, de se rendre sur la place Taksim à Istanbul à cette date ainsi que dans toutes les rues adjacentes (dès la partie basse du quartier de Galatasaray). », préconise sur son site internet le ministère français des Affaires étrangères.

Sara Ben Lahbib & Alexandre De Grauwe-Joignon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *