Culture, Société

La presse francophone et la formation de l’opinion publique

Les 4 et 5 mars derniers, l’Union de la Presse Francophone (UPF) et sa section monégasque organisaient à Monaco le symposium « Médias et environnement en Méditerranée ». Plus de 100 journalistes francophones de 29 pays étaient réunis pour discuter, débattre et échanger autour de sujets tels la place de l’environnement dans les médias, le poids des lobbies sur le traitement des sujets environnementaux, les difficultés des journalistes face au populisme scientifique…

Le symposium s’ouvrait en présence du Prince Albert de Monaco, de Patrice Zehr, président de l’UPF-Monaco, Madiambal Diagne, Président international de l’UPF, de Jean Kouchner, son Secrétaire Général, mais aussi de Michaëlle Jean, Secrétaire Générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Cette dernière a souligné « le rôle capital et irremplaçable des médias. Des lanceurs d’alertes pour dénoncer sans cesse, pour souligner partout des circonstances d’urgence, de réagir et d’agir. Mais les journalistes doivent apporter aussi des solutions, et des belles réalisations dont l’espace francophone foisonne. Ce symposium permet donc aux points de vue de s’exprimer, aux solutions de se dessiner, en s’assurant que l’enjeu demeure présent dans tous les esprits ».

D’autres intervenants ont fait part de la complexité et de la technicité des questions environnementales, du manque de temps et de moyens nécessaires pour des investigations.
D’interrogations  aussi : comment inverser l’impact du populisme scientifique qui vise à déculpabiliser les populations par rapport aux problèmes ?

Mais également de constats : « Aujourd’hui, le journalisme environnemental est basé sur des convictions et reste encore l’affaire d’une presse engagée. La césure entre le Nord et le Sud dans la façon de traiter le sujet de l’environnement. Les médias du nord traitent plus l’aspect philosophique du problème alors que les médias du sud sont davantage occupés par des problèmes concrets comme la gestion des déchets au Liban ».

Ce symposium axé sur la Méditerranée et les médias montre le rôle de la presse francophone dans la formation de l’opinion publique. « Une presse représentée des deux côtés de la Méditerranée, la diversité avec un objectif commun et partagé : se former pour informer sur l’enjeu climatique, et sensibiliser les opinions et le pouvoir, au-delà des fractures, violences et épreuves que nous encourons. » Dans ce cadre, « l’UPF peut être un outil, un réseau, une plateforme pour mettre en réseau les journalistes, les experts ».

Je finirai avec le constat de Michaëlle Jean, Secrétaire Générale de l’Organisation internationale de la Francophonie : « Aucune avancée ne sera possible sans des médias libres ».

Mireille Sadège

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *