Art, Culture

La riche actualité du patrimoine turc

La Turquie est l’héritière de plus de 10 000 ans d’histoire. De l’Empire romain d’Orient à la République d’Atatürk en passant par l’hégémonie ottomane, la Turquie témoigne de par ses vestiges romains et chrétiens d’une très grande richesse culturelle. La découverte d’un sarcophage, la rénovation d’un ancien port romain et la transformation d’une basilique en mosquée, symbolisent la renaissance culturelle entreprise par la Turquie avec fierté et enthousiasme.

Une autre Sainte-Sophie bientôt rénovée.

patrimoine_1Parfois considérée comme la huitième merveille du monde, l’édifice de Sainte-Sophie a servi en premier lieu de basilique, puis de mosquée avant d’être transformée en musée en 1935 sur décision d’Atatürk. Sauf qu’on oublie souvent que d’autres Sainte-Sophie, plus petites, existent. Tout comme celles d’Iznik et Trabzon respectivement en 2011 et en 2013, celle d’Edirne (ville de Thrace à la frontière turco-bulgare) sera convertie en mosquée une fois sa rénovation complétée.

Quand les chantiers révèlent un patrimoine multimillénaire

 À l’occasion de la construction d’un bâtiment patrimoine_7public dans la ville portuaire de Gemlik, dans la province turque de Bursa, un trésor vieux de 2200 ans vient d’être découvert. Les travaux ont été interrompus par la mise à jour d’un véritable sarcophage, parfaitement entretenu, de l’ancien royaume de Bithynie. Une trouvaille inouïe, rapidement communiquée aux autorités de la direction du musée du Bursa ainsi qu’à une équipe d’archéologues expérimentés. Le site est décidément fertile puisque trois sarcophages de la période hellénistique avaient été exhumés en 2010 lors d’un projet de construction similaire.

À Urla, la renaissance d’un port antique

patrimoine_11En coopération avec le ministère de la Culture et du Tourisme et grâce au soutien de l’Université d’Ankara, Urla, la plus ancienne ville portuaire de la province d’Izmir, va bénéficier de la reconstruction de son ancien port romain. « Ce projet n’a pas d’égal dans le monde entier », assure le professeur Hayat Erkanal, à la tête des fouilles archéologiques. Il ne s’agit pas seulement de la restauration des vestiges d’un port romain vieux de plus de 2000 ans mais également de la reproduction de navires ainsi que de catapultes. La volonté première est d’en faire profiter le tourisme turc et la fierté que la Turquie peut en tirer.

Une reconnaissance artistique pas au goût de tous

jr-istanbul-17Parallèlement à la résurgence du patrimoine culturel en Turquie, JR un célèbre artiste de rue français, tente lui aussi de se faire une place. Lancé le 22 mai dernier dans les quartiers européens de Balat et Tarlabaşı, son projet les Rides de la ville consistait à orner les murs des bâtiments vétustes des visage de leurs plus anciens habitants. L’idée principale renvoie à la volonté de flatter le public, de lui rendre hommage et non de le contrarier.

Et pourtant, quelques semaines après la représentation de ses œuvres urbaines, le scandale éclate, les médias s’en mêlent. Deux portraits sont vandalisés, l’un avec de la peinture, l’autre totalement déchiré et inutilisable. Mêmes si les avis divergent sur l’utilité et la finalité des œuvres de l’artiste JR, la majorité des habitants se sentent scandalisés par cette violence non méritée. Pour eux, elle renvoie à un manque de respect tant envers l’élément artistique qu’envers la mémoire des habitants honorés.

Jessica Mauzole

 

Trackbacks / Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *