Economie, International

La Russie liste ses sanctions contre la Turquie

Six jours après la destruction de l’avion russe Soukhoï 24 (SU-24) par la Turquie, la Russie multiplie les sanctions économiques et diplomatiques. Quels changements à prévoir pour les Turcs ?

poutine

C’est par un décret, samedi 28 novembre, que Vladimir Poutine a annoncé, comme attendu, une série de sanctions contre la Turquie. Dans ce communiqué, diffusé par le Kremlin, il annonce que l’importation de certains produits turcs, notamment agricoles, sera suspendue, sans donner de détails, la liste précise étant en cours d’élaboration.

Plus encore, les Turcs, et surtout les expatriés en Russie, seront également directement affectés par l’incident diplomatique : l’embauche d’employés turcs par des entreprises russes sera soumise à restrictions dès le 1er janvier 2016, et les activités de certaines entreprises turques en Russie seront limitées.

Concernant les échanges touristiques, mauvaise nouvelle également : les tour-opérateurs et agences de voyages russes vont devoir cesser sans plus tarder de commercialiser des séjours en Turquie et les vols charter de Russie jusqu’en Turquie vont être interdits.

Vendredi 27, c’était déjà l’accord d’exemption de visas entre la Turquie et la Russie (contrairement aux Français, les Turcs n’ont en effet pas besoin de visa pour se rendre en Russie pour un court séjour) qui avait été visé pour le gouvernement russe, pour une application également dès le 1er janvier 2016.

De son côté, le président Recep Tayyip Erdoğan a fait part samedi de son souhait de renouer autant que possible avec la Russie à l’occasion de la Conférence de l’ONU sur le changement climatique (COP21), qui a ouvert aujourd’hui à Paris… tout en précisant qu’Ankara ne présenterait pas d’excuses.

Noémie Allart

4 Comments

  1. Bayadère

    Les sanctions sont une arme à double tranchant. Les Russes sont-ils prêts à payer plus cher les fruits et légumes qui proviennent jusqu’à présent de Turquie ? Ils subissent déjà des sanctions économiques suite à la guerre larvée que mène Poutine avec l’Ukraine.
    A force d’user et d’abuser des sanctions économiques pour panser des plaies narcissiques, la Russie risque de perdre toute crédibilité auprès des investisseurs étrangers.

  2. richard

    Les sanctions économiques prises à l’encontre de la Turquie par le Président POUTINE sont logiques et normales. Abattre un avion de combat russe dans une zone dangereuse et conflictuelle me paraît être une
    « connerie ».
    Je crains le pire, à terme, pour l’avenir touristique de la Turquie.

    • Nupi

      Ah oui? Vous avez pour voisin la Syrie, votre espace et déjà protégé par des militaires et un jet viole votre espace aérien pendant plusieurs minutes. Vous l’interpellez 10 fois. Vous lui demandez de s’identifier. pas de réponse. Vous mettez au courant les États-Unis. Ce jet sort d’un pays en guerre pour dépasser à grande échelle sur la frontière turque. On en sais quoi de qui le pilote? Mettez vous un peu dans la situation de la Turquie. C’est vous qui avez pour voisin tout les problèmes du moyen-orient? La Turquie a subit plusieurs attentats commis par l’EI. Quand Erdogan à prit quelques mesures, les médias occidentaux ont commencé à le traiter de « sultan ». De son côté, la France à subit un attentat le 23 novembre par l’EI, la France est directement passé en état d’urgence. La France serait voisine à la Syrie, je pense qu’au grand jamais elle n’aurait abattu ce jet. C’est de la « connerie » enfin!

      • Nupi

        13 novembre autant pour moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *