Société

La tulipe stambouliote de retour à la maison

Après 200 ans d’absence, la tulipe d’Istanbul fait son grand retour en Turquie. Exportée par les Turcs en Europe sous l’Empire ottoman, cette fleur sacrée est au cœur du festival international de la tulipe depuis 2006. Mais la 15e édition de 2020 a dû être annulée en raison de la pandémie du coronavirus qui sévit dans le monde entier.

Pendant des siècles, la tulipe fut un symbole de noblesse et d’excellence profondément ancré dans la culture turque. Exclusivement réservée à la famille des Sultans de l’Empire ottoman, le commerce de cette fleur était interdit. Néanmoins, l’excitation autour de cet emblème et la demande croissante pour cette fleur dont la popularité ne cessait d’augmenter ont fait monter les prix du bulbe de tulipe, devenant ainsi une marchandise à prix d’or.

Elle finit par arriver en Hollande, ce qui marque le  début de l’Ère des tulipes. Au sein du peuple turc, cette période se réfère à une surexploitation de l’art et de la culture de l’Empire ottoman, affaibli face au développement du monde occidental.

Prise comme inspiration pour l’architecture, la broderie, la joaillerie et l’artisanat, la joliesse de cette fleur rare et exotique a fasciné la planète entière. Un festival international dédié à la tulipe à Istanbul, organisé chaque année, nous rappelle les origines et les valeurs de cette fleur.

Dans une vidéo adressée au Maire d’Istanbul, Ekrem Imamoğlu, et à ses plus de 15 millions d’habitants, Bart Van Bolhius, le Consul général du Royaume des Pays-Bas, a annoncé le retour de la tulipe à Istanbul en publiant une photo de la « tulipe turque », connue également sous le nom de « tulipe flamme de feu », accompagnée de ce message : « Nous espérons que la tulipe, symbole de l’amitié entre les Pays-Bas et la Turquie, apporte à chaque Stambouliote le réconfort et la confiance nécessaires pour surmonter cette pandémie ensemble ».

 Lors d’une visite à Amsterdam prévue la semaine dernière, des tulipes devaient être offertes en signe de paix et d’amitié au maire d’Istanbul, mais ces plans ont dû être annulés en raison de la situation inédite liée à la pandémie du Covid-19.

Abou el amaim Nada 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *