Chroniques, Le choix de la rédaction

La Turquie frappe fort dans la Corne

DjiboutiOublions un peu les mésaventures de l’Europe désunie et concentrons-nous sur le continent le plus prometteur de notre siècle, en l’occurrence l’Afrique. Comme j’en avais parlé dans l’un de mes précédents articles, la Turquie, via son programme d’ouverture vers l’Afrique, accorde une importance primordiale au développement de ses relations avec le continent, à commencer par celles économiques et commerciales.

Aussi, les visites de haut niveau entre la Turquie et les pays africains se succèdent en vue de promouvoir ces relations. Le mois de février a vu la visite du président de la République du Mali M. Ibrahim Boubacar Keita en Turquie, la première effectuée par un chef d’État malien sur le sol turc.

Mais c’est surtout sur la Corne de l’Afrique que se sont concentrés les derniers contacts officiels de la Turquie. Au mois de décembre, en compagnie des plus influents hommes d’affaires et investisseurs turcs, le président de la République M. Recep Tayyip Erdoğan avait effectué une visite officielle de la Corne de l’Afrique qui comprenait Éthiopie, la Somalie et Djibouti.

Bien que le volume du commerce bilatéral entre la Turquie et Éthiopie se situait dans les 400 millions de dollars en 2014, ce pays est le fer de lance des investissements turcs dans les pays subsahéliens avec un chiffre atteignant les 3 milliards de dollars. Le président Erdoğan a mis l’accent sur la signature d’un accord de partenariat économique entre les deux pays pour l’établissement d’une zone libre de commerce. Actuellement, les compagnies turques mènent 14 projets d’investissements en Éthiopie, dont le plus important est sans doute le chemin de fer reliant Avas à Veldia. De son côté, le ministre turc de l’Économie M. Nihat Zeybekci, qui avait déjà visité l’Éthiopie et Djibouti en décembre 2014, a annoncé que le gouvernement éthiopien avait donné son aval pour la signature d’un traité de libre-échange entre les deux pays, de même que pour l’installation d’une banque turque dans ce pays, deux outils visant à faciliter le commerce bilatéral. D’autre part, à l’occasion de cette visite présidentielle, un Forum d’Affaires Turquie-Éthiopie a été organisé par le DEIK.

La deuxième étape du voyage du président de la République était constituée par Djibouti, petite République d’une population approximative d’un million de personnes, surtout réputée pour les bases militaires étrangères abritées sur son sol. Grâce à cette position géostratégique importante, le gouvernement djiboutien cherche à transformer le pays en un centre logistique et en une base commerciale pour toute l’Afrique orientale. Djibouti est aussi considéré comme la porte d’entrée de la COMESA, le Marché commun de l’Afrique orientale et australe qui regroupe 20 pays et une population totale de 400 millions de personnes. Grâce à un programme ambitieux, le gouvernement djiboutien projette de renouveler son port à Doraleh et les installations relatives à la création d’une zone franche. Grâce à un accord conclu entre les deux pays, Djibouti a octroyé à la Turquie une zone économique spéciale d’investissements de 5.000.000 m2 juste à proximité du nouveau port. Cette zone permettra la réalisation sur place de plusieurs produits commerciaux turcs, qui seront directement exportés de Djibouti. Les dirigeants turcs en visite à Djibouti ont vivement exprimé la nature strictement économique et non militaire de la base que la Turquie comptait y établir, et ce dans l’intérêt de toutes les parties.

Durant la visite, à la clôture du Forum d’Affaires Turquie-Djibouti, un accord établissant la fondation d’un Conseil d’Affaires Turquie-Djibouti a été signé entre le président du DEİK M. Ömer Cihad Vardan et le président de la très dynamique Chambre de Commerce et d’Industrie de Djibouti, M. Youssouf Moussa Dawaleh.

Quant à la visite de la capitale somalienne Mogadiscio, la priorité était accordée aux projets, aux inaugurations et aux accords bilatéraux visant à la reconstruction de la Somalie, pays dévasté par des décennies de guerre civile. La Turquie œuvre de toutes ses forces pour l’établissement de la paix et de la stabilité en Somalie, jouant le rôle de médiateur entre le gouvernement fédéral somalien et la république sécessionniste du Somaliland.

Eren Paykal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *