International, Politique

La Turquie rejette les critiques énoncées par l’Union Européenne

 

Alors que le gouvernement turc procédait à la fermeture de deux chaînes de télévision il y a quelques jours,  l’Union Européenne a publié son rapport annuel concernant les progrès de la Turquie vers une adhésion à l’UE. Le rapport est formel la Turquie ne serait pas sur la bonne voie, beaucoup d’efforts doivent être effectués en termes de droits de l’homme et de liberté d’expression.

turquieeurope

Hier, dans son rapport annuel relatif aux progrès de la Turquie et son adhésion à l’Union Européenne, l’Union Européenne, a dénoncé les « graves reculs » et la « tendance négative  pour le respect de l’Etat de droit et des droits fondamentaux».

L’Union Européenne a énoncé une critique à propos de la situation de l’information en Turquie. Dans le rapport, l’UE dénonce : « l’augmentation des pressions et de l’intimidation exercées sur les journalistes et les médias ».  La censure sur internet a également fait l’objet de nombreuses critiques, la loi de 2014 relative au contrôle d’internet, limite considérablement l’accès aux réseaux sociaux. Johannes Hahn, commissaire à l’Elargissement, déplorait : « Les pressions et intimidations de journalistes et de médias ainsi que les amendements de la loi sur internet qui permettent de bloquer des contenus médiatiques ».

D’ « importantes lacunes » ont été observées par l’UE en termes de droit de la presse et de liberté d’expression. Ce rapport censé rendre compte de l’évolution politique et démocratique de la Turquie, fait le point sur la potentielle entrée du pays dans l’Union Européenne. Le rapport est formel, des réformes doivent être entreprises par la Turquie. Devant le Parlement européen, Johannes Hahn, déclarait : « Sur l’année écoulée, des manquements significatifs ont touché l’indépendance de la justice ainsi que la liberté de réunion et la liberté d’expression ».

Les quelques heures qui ont suivi la publication du rapport, on vu le gouvernement turc réagir. Volkan Bozkir, ministre des affaires européennes a vivement rejeté les critiques faites  à l’égard de la Turquie, en les qualifiants « d’injustes » et « disproportionnées ».

Le président Erdogan, a de nouveau déclaré son intention de rédiger une nouvelle Constitution, celle-ci sera garante des libertés fondamentales et de la séparation des pouvoirs, selon le Premier ministre, Ahmet Davutoglu.

Kheira Djouhri

 

 

1 Comment

  1. Robert ridfor

    Vive l’AKPaix 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *