Culture, Découverte, Société, Tourisme

La ville antique d’Aizanoi, un patrimoine culturel turc en restauration

Le 24 juin, les archéologues ont commencé à restaurer l’ancienne ville romaine d’Aizanoi. Situé juste à côté de la ville Çavdarhisar, dans la province de Kütahya, le site est l’un des temples les mieux conservés d’Anatolie et il était principalement dédié au dieu olympien Zeus de la mythologie grecque antique.

Des fouilles sur l’un des patrimoines mondiaux de l’UNESCO…

Ce site est surnommé la « deuxième Éphèse », une autre ville emblématique de la Turquie. En 2012, le site a été ajouté à la liste indicative du patrimoine mondial de l’UNESCO. Des fouilles archéologiques sont en cours depuis neuf ans.

Selon le site Web du ministère turc de la Culture et du Tourisme, la cité « a connu son âge d’or aux deuxièmes et troisièmes siècles de notre ère et est devenue le centre de l’épiscopat à l’époque byzantine ». Aizanoi se situe à 57 kilomètres du centre-ville de Kütahya.

Des preuves de l’existence de différentes populations 3 000 av. J.-C. ont été découvertes autour du temple de Zeus. En 133 av. J.-C., la cité est passée sous le contrôle de l’Empire romain.

En 1824, des voyageurs européens redécouvrent le site antique. Entre 1970 et 2011, l’Institut allemand d’archéologie a mené des fouilles sur le théâtre, le stade, les deux bains publics, un gymnase, cinq ponts, un bâtiment commercial, des nécropoles et la grotte sacrée de Meter Steune (un site sectaire utilisé avant le premier siècle av. J.-C.

À la reconstruction de l’ancienne ville d’Aizanoi

Elif Özer, professeure d’archéologie à l’Université de Pamukkale, a déclaré à l’agence Anadolu que l’équipe se concentre sur les travaux de restauration cette année, en commençant par le théâtre et le stade datant de plus de 5 000 ans. « Nous avons commencé à travailler avec le soutien du gouverneur de Kütahya. Le projet devant durer environ six ans, nous visons à faire en sorte que cet endroit ressemble à ce qu’il était dans les temps anciens et à attirer plus de touristes dans la région », a expliqué Elif Özer.

Le théâtre devait avoir une capacité de 20 000 personnes et le stade de 13 500 personnes, comme figuré sur le protocole de parrainage pour la restauration signé par le ministère turc de la Culture et du Tourisme et un homme d’affaires de Kütahya, Rıza Güral.

L’ancien théâtre et le stade ont été endommagés par les catastrophes naturelles de la région — des tremblements de terre et des glissements de terrain —, a expliqué l’architecte qui orchestre le projet, Yalın Pekvar.

Anaëlle Barthel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *