Culture, Société, Sport, Tourisme

Lancement du festival de lutte à l’huile de Kırkpınar

La traditionnelle compétition de lutte à l’huile est sur le point de lancer sa 656e édition dans le nord-ouest de la Turquie.
Le festival de lutte à l’huile de Kırkpınar, qui se déroulera dans la province d’Erdine du 14 au 16 juillet, est une véritable tradition. En effet, ce tournoi – le plus grand du pays – a lieu chaque année depuis le XIVe siècle.

La lutte à l’huile est considérée comme l’une des disciplines sportives la plus ancienne au monde, car elle était déjà pratiquée au moyen-âge dans les Balkans. En effet, les 40 soldats qui étaient des avant-gardes d’unités anti-ottomanes dans les campagnes des Balkans avaient pour habitude de lutter pendant la pause.

En 2010, l’UNESCO a inscrit le festival de Kırkpınar sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Comme le souligne le chef de la Fédération turque de lutte, Musa Aydın, le tournoi de Kırkpınar est le principal événement de lutte à l’huile dans le monde. Ce dernier encourage donc tous les Turcs à suivre les combats de ceux qui sont considérés comme des exemples de la société du fait de leurs qualités telles que la générosité, l’honnêteté, ou encore le sens du respect et l’attachement aux us et coutumes du pays.

Cette année encore des millions de touristes locaux et internationaux viendront admirer les 2.000 pehlivans  (« héros »), professionnels ou non, qui participeront à l’événement et qui seront vêtus d’un court pantalon de cuir de vache (kıspet) et enduit d’huile d’olive à l’aide de l’huileur.

À leurs côtés, 62 başpehlivan (« lutteurs en chef ») assisteront à cette 656e édition. Selon les règles, le lutteur récipiendaire du titre de « lutteur en chef de Kırkpınar » doit le conserver pour trois années consécutives afin de gagner celui de la « Ceinture d’or » qu’il conserve à vie.

Ainsi, Recep Kara, qui a gagné l’année dernière le titre de başpehlivan, espère remporter une seconde fois la compétition afin de se rapprocher un peu plus de la consécration. Il fera face à des pointures de cette discipline sportive, notamment Orhan Okulu, İsmail Balaban, Fatih Atli, Ali Gürbüz, Mehmet Yeşil Yeşil et Hamza Köseoğlu.

Deux jours intenses sont donc sur le point de commencer et promettent un merveilleux spectacle qui nous transporte, au son des tambours et des flûtes jouant le répertoire traditionnel du festival, dans le monde du sport, mais aussi dans l’Histoire.

Camille Saulas

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *