International, Politique

Le Brésil fête son indépendance à Istanbul

C’est sur la terrasse du Park Bosphorus Hôtel à Taksim que le consul général du Brésil à Istanbul, M Paulo Roberto França, nous a accueillis le 7 septembre 2016, afin de célébrer la fête d’indépendance du Brésil.
img_6878La vue imprenable sur le Bosphore et les principaux ports d’Istanbul a laissé place, dès la nuit tombée, à un concert de batucada, une musique traditionnelle brésilienne.

Entre deux caïpirinhas, Mr Paulo Roberto França s’est exprimé sur sa première année en tant que consul. Nommé à cette fonction en février dernier, il ne tarit pas d’éloges sur la ville d’Istanbul et sur la Turquie. Et c’est devant un parterre de diplomates qu’il s’exprime sur l’importance de cette soirée, et sur ce qu’elle signifie pour lui et le Brésil.

En effet, bon nombre de consuls généraux étaient présents. La France était représentée par son consul général adjoint à Istanbul, M Aurelien Maillet. Le vice-président de l’université Galatasaray, le professeur Jean-Jacques Paul, était également présent, accompagné de sa conjointe brésilienne. De même qu’Aujourd’hui la Turquie, le journal francophone d’Istanbul, représenté par ses membres, la rédactrice en chef, la Dre Mireille Sadège, et le directeur de la publication, le Dr Hüseyin Latif.

D’autres membres Européens étaient présents, Rrahim Morina, le consul général du Kosovo à Istanbul, ainsi que Franklin Aquilina, le consul général Maltais.

Du côté du Moyen-Orient, ce sont les représentants de deux grands pays, deux acteurs majeurs des relations internationales, qui ont assisté à cette célébration. Ainsi, M Shai Cohen, consul général adjoint d’Israël à Istanbul, et M Ekramuddin Bayazidi, consul général de la République islamique d’Afghanistan, ont pu entendre les nouveaux enjeux de la diplomatie Turco-Brésilienne.

Dans son discours, le consul général brésilien, M Paulo Roberto França, a retracé l’évolution des relations entre les deux pays depuis 1850.

Il s’est montré confiant quant à l’avenir des relations entre le Brésil et la Turquie qui, selon lui, partagent de nombreux points communs notamment dans le domaine de l’industrie. Il assure que, malgré le manque de ressources financières dont ils disposent, les deux pays vont essayer de tirer le maximum de leur coopération et de renforcer leurs liens. Ce sont deux pays complémentaires, « à titre d’exemple les entreprises turques qualifiées dans l’ingénierie peuvent apporter beaucoup à un pays comme le Brésil », explique le consul général. Il est donc très optimiste quant à l’avenir des relations Turco-Brésiliennes.

L’importance d’un événement comme celui-ci est de permettre à tous ces diplomates de se rencontrer. Ce scénario bien pensé cache derrière un aspect festif les enjeux qui pèsent sur les représentants locaux des pays du monde et leurs limites d’action.

Pascale-Mahé Keingna

Quelques photos de la soirée :

img_6908

paulo-roberto-franc%cc%a7a_consul-general-bresil

img_6896

img_6870

img_6868

img_6861

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *