Cinéma, Culture, Société

Le célèbre acteur turc Tarık Akan est décédé

C’est un jour de deuil pour la Turquie et le monde du cinéma. Le célèbre acteur turc de 66 ans, Tarık Akan, nous a quitté. Dimanche 18 septembre, des milliers de personnes ont rendu hommage à celui qui laisse derrière lui un riche héritage qui a accompagné et continuera à marquer des générations entières. 57debd1767b0a92920015c9aL’agence de presse Anadolu a annoncé jeudi 15 septembre le décès de Tarık Akan qui a succombé à son cancer des poumons dans un hôpital d’Istanbul.

Dimanche 18 septembre, des milliers de personnes ont rendu hommage à Tarık Akan lors d’une cérémonie organisée en son honneur au théâtre Muhsin Ertuğrul durant laquelle la chorale de Taş Mektep, une école primaire mise sur pied par le défunt acteur, a effectué une représentation riche en émotions.57de868467b0a9292001587cParmi ceux qui se sont recueillis, on comptait de nombreux collègues et des admirateurs de l’acteur qui ont partagé le chagrin de la famille Akan, mais aussi des représentants politiques tels le chef de l’opposition, Kemal Kılıçdaorğlu, ainsi que l’ancien Président Ahmet Necdet Sezer.2016-09-18-15-11-51

Aujourd’hui, nous rendons hommage à cet homme né le 13 décembre 1949 à Istanbul. Acteur aux multiples dons et célèbre dans le monde entier, il a marqué le cinéma turc en mettant à profit son immense talent de comédien dans pas moins de 111 films ainsi que dans quatre séries télévisées.

Son premier rôle, il l’avait décroché pour le film Vefasız. On a aussi pu l’admirer dans des films très connus tel Hababam Sinifi ainsi que dans la comédie romantique Ah Nerede où son jeu d’acteur avait été on ne peut plus salué. En plus d’avoir fait des passages très remarqués dans Mavi Boncuk, ou encore dans Tatlı Dillim et Sev Kardeşim – pour n’en citer que quelques-uns -, en 1975, il a joué dans le film éminemment politique Yol – la permission – de Yılmaz Güney, qui a reçu une palme d’Or au Festival de Cannes en 1982.

Mais c’est aussi son talent qui fut récompensé cette année-là puisqu’il a reçu le prix du meilleur acteur pour son rôle dans ce film. Puis, en 1985, c’est un Ours d’Argent qu’il a reçu pour le film Pehlivan de Zeki Ökten dans le cadre du festival international de films de Berlin.

Devenu un des plus grands noms du cinéma turc, il avait pour ambition de transmettre son art aux enfants et s’était récemment investi dans de nombreux documentaires et séries télévisées.

À ce palmarès, il faut ajouter qu’en 2002, il avait commencé à écrire son premier livre. Une œuvre biographique intitulée « Maman, il y a des poux sur ma tête » qui évoquait sa vie personnelle et son passage en prison.

Le monde politique turc n’avait pas tardé à réagir à la triste nouvelle dès l’annonce de son décès. Le Premier ministre, Binali Yıldırım, a présenté ses condoléances à la famille de Tarık Akan ainsi qu’au monde du cinéma : « Je viens d’apprendre avec tristesse la mort de Tarık Akan, une des personnalités importantes du cinéma turc. Je souhaite la bénédiction d’Allah à Tarik Akan et présente mes condoléances à sa famille en deuil et à tout le milieu de l’art ».

Kemal Kılıçdaroğlu, le chef de l’opposition – CHP –, a lui aussi exprimé sa tristesse sur twitter : « Nous avons perdu Tarık Akan, un maitre du cinéma turc, une personnalité qui a servi d’exemple avec sa compétence artistique et sa position honorable. Qu’il aille au paradis ».

Camille Saulas. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *