International, Politique

Le FLNC, sentinelle anti-Daech

Le Front de libération nationale corse (FLNC) menace le groupe terroriste Daech dans un communiqué diffusé ce jeudi par Corse matin. Les nationalistes mettent en garde les islamistes en cas d’attaque sur l’île et promettent une réponse « sans aucun état d’âme ».

2016-07-29 14.03.03

« Une réponse déterminée et sans état d’âme », c’est mot pour mot les menaces du FLNC du 22 octobre, le mouvement nationaliste corse, à l’encontre de Daesh.

Dans ce texte transmis à Corse Matin, le groupe, qui avait annoncé en mai sa « démilitarisation », adresse aussi un « message à l’État français » qui aurait « si un drame devait se produire sur le territoire corse, une part importante de responsabilité, car il connaît les salafistes en Corse ». Précisant même qu’ils « seraient au nombre de huit », ils ajoutent savoir « avec certitude que l’un des imams de Corse est un indicateur de police ».

Les nationalistes assurent aussi, sans plus de précision, « avoir permis au mois de juin de déjouer un attentat sur notre territoire dans un lieu fréquenté par le public ».

Faire face aux amalgames

S’adressant plus généralement « aux musulmans de Corse », le Front les appelle à « prendre position » en dénonçant l’islamisme radical. Il leur demande notamment de signaler « les dérives chez des jeunes désoeuvrés tentés par la radicalisation » et de ne pas « afficher de signes religieux ostentatoires ».

La responsabilité de la France

Appelant enfin « à la vigilance et au calme face à la barbarie », le FLNC souligne ne pas être « le refuge des frustrés d’une lutte raciale ou xénophobe » et dénonce « les idéologies fascisantes qui alimentent les esprits fragiles et les réseaux sociaux ».

Les présidents nationalistes de l’exécutif de la Collectivité territoriale de Corse et celui de l’assemblée, Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni, doivent soumettre ce jeudi à l’Assemblée une résolution demandant à l’État de fermer les lieux de culte musulman constituant « des foyers d’influence salafiste », d’expulser les animateurs fondamentalistes de ces lieux et de renforcer la sécurité sur les sites de grande fréquentation.

Le FLNC, qui n’a jamais déposé les armes, garde un arsenal de guerre important. En sommeil depuis quelque temps, le mouvement nationaliste affirme endosser désormais un rôle de sentinelle afin de veiller aux intérêts de la Corse.

Guillaume Asmanoff. 

 

 

1 Comment

  1. J espère que les attentats serviront de leçons et que on oubliera pas les victimes et leurs familles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *