Art, Culture

« Le Luxe démocratique » : une sélection des oeuvres de Hüseyin Bahri Alptekin

La galerie d’art RAMPA a rassemblé pour vous les œuvres de l’artiste turc Hüseyin Bahri Alptekin du 2 septembre au 14 novembre, à l’occasion de l’exposition “Le Luxe démocratique” (« Democratic Luxury »), à Akaretler, Beşiktaş.

RAMPA

Située dans une maison récemment rénovée d’Akaretler, RAMPA est l’une des plus grandes galeries d’art d’Istanbul. Dédiée à la réalisation et à la présentation d’œuvres d’art exceptionnelles, la galerie a développé cette exposition en partenariat avec le M HKA (Museum of Contemporary Art Antwerp) et les héritiers d’Alptekin. La curatrice de l’exposition, Esra Sarıgedik Öktem, s’est appuyée sur les archives de Hüseyin Bahri Alptekin de SALT Research.

Entre les murs de la galerie RAMPA, vous découvrirez le point de vue d’Alptekin (1957-2007) sur la relation contradictoire entre la beauté et le banal, plus précisément entre la beauté des promesses et la banalité de la réalité. L’artiste était fasciné par la différence entre l’idée, fantasmée, que l’on se fait des promesses, et leur banalité dans les faits lorsque, finalement, elles deviennent réelles. Or, pour lui, le capitalisme global influence considérablement la vie quotidienne. S’interrogeant sur les causes de la naissance du capitalisme occidental moderne, il a cherché dans ses œuvres à montrer l’impact du capitalisme sur ces contradictions entre promesses et réalité.

Hüseyin Bahri Alptekin est l’une des figures de proue de l’art contemporain à Istanbul. Décédé en 2007, à l’âge de 50 ans, ses artworks demeurent irremplaçables. Cette exposition en particulier est une rétrospective majeure de la carrière de l’artiste des deux dernières décennies et se trouve être la première exposition de galerie d’Alptekin depuis sa mort.

A noter que le “Le Luxe démocratique”, figure parmi les 50 expositions à voir cet automne sélectionnées par Artsy – la célèbre plateforme en ligne dédiée à l’art –, et peut se targuer d’être la seule exposition choisie à Istanbul.

Site internet pour en savoir plus sur l’exposition (en anglais).

Sirma Parman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *