International

Le MIKTA (Mexique, Indonésie, Corée du Sud, Turquie et Australie) en réunion à Séoul

Réunis à Séoul, la Turquie, l’Indonésie, la Corée du Sud, le Mexique et l’Australie tentent de trouver des réponses aux questions économiques et sécuritaires.

MIKTA

Le 1er juillet 2015, les leaders parlementaires du Mexique, de l’Indonésie, de la Corée du Sud, de la Turquie et de l’Australie se sont retrouvés pour la première fois à Séoul, suite à la rencontre des ministres des Affaires étrangères de ces mêmes pays le 22 mai dernier. Cette rencontre des représentants des membres du groupe MIKTA créé en septembre 2013 a pour objectif de discuter des enjeux globaux mais aussi locaux, des menaces sécuritaires venant de Syrie ou de Corée du Nord jusqu’aux partenariats économiques entre ces nations. Au cours de cette rencontre, de nombreux sujets ont été abordés et des plans ont été mis en place pour resserrer les liens économiques entre ces Etats lors du forum des entreprises inaugural de MIKTA qui sera tenu à Istanbul en octobre prochain.

La formation de ce nouveau groupe international en septembre 2013 a bien entendu pour objectif de soutenir l’influence politique et économique des Etats concernés, tout en resserrant des liens préexistants. Les compétitions d’influences à l’heure de la mondialisation ne permettent plus à un Etat de rester isolé, et la création du MIKTA peut apparaître comme une réaction à la création de groupes comme les BRICS en 2009 qui rassemble le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud (qui a rejoint BRICS en 2010). Si Séoul peut sembler bien loin d’Ankara, des relations particulièrement fortes lient les deux pays depuis la guerre de Corée (1950-1953). La Turquie a activement défendu la Corée du Sud envahie par son voisin du Nord en envoyant la « brigade turque » qui a servi sous la bannière des Nations unies en réponse à l’appel de son Conseil de sécurité. Certes, l’objectif pour la Turquie était avant tout de prouver qu’elle était digne d’intégrer l’OTAN – ce qu’elle a finalement réalisé en 1952 – mais toujours est-il que les deux pays ont conservé de très bonnes relations, l’engagement des soldats turcs ayant durablement marqué les esprits sud-coréens.

Anne-Laure Gatin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *