Culture, Découverte

Le musée Pera reçoit du monde

À Istanbul, le musée Pera, situé dans le quartier de Taksim, ouvre ses portes à l’art moderne de la région des Balkans et à Félix Ziem, artiste peintre français du 19e siècle.img_1395Cold from the Balkans est la nouvelle exposition du musée Pera. Le nom de cette exposition vient de l’expression turque « Le vent froid provenant des Balkans ». Présentée sur deux étages, elle se tiendra du 10 novembre au 7 mai 2017.

L’exposition explore l’univers d’artistes de cette région de l’est de l’Europe. Entre projections, sculptures, assemblages et peintures, la diversité des œuvres présentées offre un large panel de cette culture contemporaine. Une culture qui est toutefois bel et bien imprégnée de l’historique de cette région.img_1405Chaque artiste s’inspire de son passé ou de ses expériences personnelles avec des événements qui ont marqué les Balkans. Certains d’entre eux sont de jeunes artistes qui n’ont pas vécu ces événements, mais ils expriment dans leurs œuvres la manière dont leur vie en a été marquée directement ou indirectement. Chacun aborde des éléments de leur environnement.img_1404Ali Akay, Alenka Gregorič et Frédéric Hitzel sont les conservateurs d’art qui ont organisé cette exposition sous la supervision d’Özalp Biroll, directeur Suna Iran Kiraç. Ils désiraient mettre en lumière de jeunes artistes des Balkans qui n’ont pas la chance d’exposer leur travail dans d’autres pays d’Europe. Ils expriment aussi la volonté de faire découvrir au monde de l’art turc ces artistes originaires d’Albanie, de Bosnie Herzégovine, de Bulgarie, de Croatie, du Kosovo, de Macédoine, du Monténégro, de Roumanie, de Serbie et de Slovénie.

Au troisième étage du Musée Pera, c’est comme par surprise que l’on découvre une nouvelle exposition qui se tiendra jusqu’au 29 janvier. Il s’agit de Félix Ziem : Wanderer on the Sea of Light. Comme le titre nous l’indique, on suit dans cette exposition le parcours de l’artiste peintre Félix Ziem, qui, après avoir suivi des études à l’École des Beaux-Arts de Dijon, a vagabondé le long de la Méditerranée.img_1429Dans le musée Pera, ce sont ses œuvres réalisées à Istanbul qui jonchent les murs. Admiratif de la « Golden hour » – l’heure du crépuscule – Félix Ziem a su capturer à l’aide de son pinceau les instants où la lumière orange se reflète sur le Bosphore avec parfois la silhouette de la mosquée de Sultanahmet qui apparaît.img_1428Découvrez ainsi ces deux expositions proposées par le musée Pera qui témoignent de deux époques et de deux styles différents.

Pascale-Mahé Keingna

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *