Culture, Découverte, Société, Tourisme

Le Palais İshak Paşa rouvre ses portes

Le palais İshak Paşa, dont la construction a débuté en 1685 pour s’achever en 1784, a de nouveau ouvert ses portes au public après s’être adapté aux mesures imposées pour lutter contre la propagation du coronavirus.

Situé sur l’ancienne route de la soie, à une trentaine de kilomètres de la frontière iranienne, à l’est de la Turquie, le palais İshak Paşa est un exemple type du mélange de tradition architecturale anatolienne, iranienne et mésopotamienne du Nord. Il porte notamment les traces des arts décoratifs de l’Empire seldjoukide. Le modèle traditionnel utilisé dans la construction des palais royaux dans les capitales comme Bursa, Edirne et Istanbul a été pris comme exemple dans la conception du palais. L’influence occidentale dans l’architecture ottomane pendant la période post-classique peut également être observée dans ce palais.

En 2000, il a été inscrit sur la « liste indicative » du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le palais historique, qui contient nombre de tombes, de mosquées, de sofas ainsi qu’un harem, accueille en ce moment des visiteurs principalement locaux. Mais, digne des plus belles cartes postales, il s’attend à attirer bientôt des touristes du monde entier, comme c’était le cas avant la pandémie de la Covid-19.

 Avant d’entrer dans le bâtiment historique, les visiteurs sont tous soumis à une prise de température. Ils doivent également porter un masque et respecter les mesures de distanciation sociale. À l’entrée, une unité de désinfection a été mise en place avant de pouvoir librement se promener dans les cours historiques du palais.

Connu pour la beauté de ses détails six différentes pierres locales ont été utilisées pour sa construction —, le palais s’étend sur une superficie de 7 600 mètres carrés.

Abou el amaim Nada

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *