Politique, Société

Le phénomène Agar.io gagne la Turquie

Agari.io, ce nom ne vous dit peut-être rien, mais il est en passe de devenir l’un des MMO (Massively Mutliplayer Online Games ou Jeux en ligne massivement multi-joueurs) les plus prisés de la toile. En Turquie, sa côte de popularité grimpe en flèche et dépasse celles d’autres jeux en ligne. Ici, le jeu va même parfois jusqu’à prendre une certaine dimension politique.

agar.io

Après être devenu la coqueluche des youtubeurs les plus connus tels que Pewdiepie ou encore Squeezie en France, Agar.io prolifère sur nos écrans d’ordinateur. Simple jeu en ligne développé par un utilisateur américain du site communautaire reddit répondant au nom de Zeach et sorti fin avril 2015, il ne requiert qu’une connexion à internet ordinaire et un navigateur lambda (chrome ou firefox par exemple) : une simplicité d’accès qui est l’une des principales raisons de son succès. Malgré ses graphismes rudimentaires directement édités sur navigateur, Agar.io a pourtant réussi à atteindre le stade de phénomène mondial puisqu’il rassemble aujourd’hui des millions de joueurs à travers le monde qui se retrouvent chaque jour en ligne chaque jour pour s’affronter. Le jeu dispose de plusieurs serveurs pour chaque continent, mais aussi d’un serveur propre à la Turquie et un autre pour la Chine. A noter qu’il est possible de choisir le serveur auquel on se connecte.

Un concept efficace

Le principe du jeu est simple : vous incarnez une cellule de petite taille que vous guidez à travers l’écran à l’aide de votre curseur. Le but est de la faire grossir en vous nourrissant de petites pastilles colorées parsemées aux quatre coins de votre écran, mais aussi et surtout en « absorbant » d’autres cellules comme vous, c’est à dire d’autres joueurs. Cependant vous ne pouvez avaler que les cellules plus petites que la vôtre et, inversement, courez en permanence le risque d’être englouti par les plus gros organismes. Autre subtilité : plus vous grossissez, moins il deviendra facile de vous diriger. En effet, c’est là que le jeu révèle son véritable aspect scientifique : les cellules les plus petites étant plus rapides, il vous faudra parfois vous en remettre à d’autres techniques. Vous pouvez toujours tenter de vous scinder en deux ou même en seize (mais pas plus) plus petits morceaux afin d’avaler les cellules qui vous échappent. Une technique à double-tranchant sachant qu’il faudra un certain temps avant que les différents fragments de votre cellule ne refassent plus qu’un.

Attention également aux pièges : des virus sont dispersés sur la surface de jeu. S’il vous arrive d’en croiser un, vous risquez de voir votre cellule se diviser sans votre consentement, sauf si vous êtes plus petit que ce dernier, auquel cas il vous servira simplement de cachette salvatrice face aux plus gros adversaires de la partie.

Le jeu vous permet notamment de lâcher du lest lorsque vous vous sentez trop lourd pour fuir une menace ou lorsque vous décidez de faire équipe avec un autre joueur et que vous souhaitez simplement l’« alimenter »  pour parfaire votre tactique.

Car Agar.io, c’est aussi cela : un jeu de stratégie dans lequel les joueurs ont la possibilité de s’entraider pour arriver à devenir le plus gros possible et ainsi occuper le convoité top 10 affiché en permanence sur un côté de l’écran et prisé par la majorité des joueurs. Il n’est donc pas rare de voir deux ou trois gloutons travailler en équipe afin d’atteindre des dimensions gargantuesques et occuper la majeure partie de la surface de jeu.

Il est même désormais possible de customiser sa propre cellule grâce à des skins ou thèmes reprenant des drapeaux aux couleurs de pays du présent comme du passé (l’URSS, le Japon impérial, le Royaume de France…), des logos de sites comme facebook, reddit, twitter, steam ou encore 9gag, mais aussi des apparences plus loufoques comme la surface de la lune, le symbole féministe ou encore la reine d’Angleterre… Plus de cent dix thèmes différents sont aujourd’hui disponibles dans le jeu.

Quand la politique s’en mêle

agar.io_turkeyS’il n’est bien sûr pas rare de voir des drapeaux représentant la Turquie sur le serveur turc d’Agar.io et même sur les autres serveurs, les joueurs, qui sont invités à choisir leurs propres pseudonymes, rivalisent d’inventivité sur ce terrain. Ainsi, sur Agar.io Turquie, vous pourrez croiser quelques « Recep Tayyip », toutes sortes de partis politiques comme le Parti démocratique des peuples (HDP) ou le Parti républicain du peuple (CHP) mais aussi d’autres organisations plus controversées comme le PKK, le YPG ou même Daesh… C’est donc une véritable guerre qui se mène jusque sur internet. Car le choix du nom n’est bien sûr pas anodin. Si vous choisissez d’utiliser un pseudonyme contesté, il n’est pas impossible que vous vous retrouviez à être poursuivi avec acharnement par d’autres utilisateurs. Cependant, votre nom peut aussi vous aider à vous trouver des alliés dans le jeu et à faire équipe avec d’autres joueurs partageant les mêmes intérêts ou convictions que vous. Néanmoins, le site ne dispose pas de système de chat, présent dans beaucoup d’autres jeux, ce qui permet aussi d’éviter les classiques débordements et insultes sur internet.

Mais la réputation du jeu ne s’est pas faite en un jour. En Turquie, le site ekşi sözlük, sorte de reddit à la turque, a été l’un des premiers à relayer le jeu, ce qui explique sa grande popularité dans le pays. De plus, lors des élections législatives de juin 2015, certains partis politiques comme le HDP ou le CHP avaient utilisé Agar.io sur leurs affiches promotionnelles.

agar.io_chpagar.io_hdp

Plus qu’un jeu, c’est donc un véritable phénomène qui agite la toile turque en ce moment.

Sophie de Tapia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *