Economie

Le port de Marseille Fos mise sur le commerce avec la Turquie

Du 3 au 5 juin, le port de Marseille Fos a invité une délégation turque à visiter ses installations. L’occasion d’amener les entreprises d’import-export de Turquie à réfléchir à de possibles investissements dans le premier port de France.

Port de Fos Marseille

Port de Fos Marseille

C’est le mercredi 4 juin au matin qu’une délégation d’entreprises maritimes d’import-export turques s’est retrouvée au Palais de la Bourse de Marseille pour une conférence sur le thème « Organisez votre transport et votre logistique avec Marseille Fos ». La séance a été ouverte, entre autre, par une présentation de Mme Deniz Erdoğan, Consul générale de Turquie à Marseille, et de M. Hervé Balladur, président de Via Marseille Fos, l’association de promotion de la place portuaire. Selon ses mots : « Nous prêtons une attention particulière à la Turquie qui est un grand marché. Il s’agit là d’une occasion de présenter notre port ». Pour Christine Cabau-Woehrel, Présidente du directoire du grand port maritime de Marseille Fos, s’adressant aux entrepreneurs turcs : « Le point principal de cette visite est d’expliquer ce que nous pouvons faire pour vous et comment Marseille peut-être un partenaire fort et constructif ».

Par ailleurs, cet événement organisé par l’association Via Marseille Fos est l’occasion d’approfondir les liens avec les entreprises rencontrées à Istanbul et Mersin. D’après Stéphane Salvetat, Directeur commercial de Heritage International Transport et Président de la Chambre de Commerce Franco-Turque Sud : « Ces deux journées sont en quelque sorte la réponse à cette visite ». 

Suite à la conférence, une visite en bateau des installations portuaires de Marseille et de Fos-sur-Mer attendait les participants, afin de montrer, au plus près, les possibilités en terme de logistique, d’espace et de transports pour les compagnies maritimes turques. Ces compagnies ont d’ailleurs été interpellées par le port de Marseille Fos sur trois qualités particulières : la proximité, la fluidité, et la fiabilité.

Marseille Fos, une opportunité pour les ports turcs ?

presentation_port_de_Fos_sur_maquette[1]

Présentation de la maquette du port

D’après Stéphane Salvetat : « Les échanges sont en train de croître d’une façon énorme. La croissance sur les dernières années en Méditerranée au niveau des containers se situe entre 5 et 10% tandis qu’elle ne se situe qu’aux environs de 1% en Mer du Nord ». En effet, comme gage de cette évolution, la croissance des échanges commerciaux entre le port phocéen et les différents ports de Turquie a connu une hausse importante. Par exemple, pour le premier quart de l’année 2014, l’on compte 4,3 millions de tonnes de marchandises pour les seuls échanges commerciaux par cargos, soit une hausse de 1,5% par rapport à la totalité de l’année dernière pour laquelle 17,3 millions de tonnes de marchandises ont été comptés.

De plus les entreprises étrangères se voient offrir toutes les chances pour réussir dans la région de Marseille. Ainsi, selon Monica Bonvalet, Directrice de l’action commerciale et des relations européennes et internationales : « Notre port a la particularité d’offrir 3 options pour le transport vers l’intérieur des terres : par voie routière, par le réseau ferroviaire, et par le réseau fluvial ». 

L’organisme « Provence Promotion » fournit quant à lui différents services aux entreprises étrangères pour leur développement en Provence, notamment au niveau des problèmes de taxes et d’assurances. Selon Stéphane Ghio, son président : « Nous supportons près de 60 investissements étrangers gratuitement ». Ces investisseurs seraient par ailleurs moins frileux à revenir sur Marseille depuis qu’il ne se produit plus de grèves des dockers. Ces mouvements sociaux n’ont pas réapparu depuis plus de 3 ans, suite à la privatisation de plusieurs secteurs de l’industrie portuaire. Cette accalmie amènerait une certaine stabilité pour une reprise d’échanges ou pour de nouveaux partenariats maritimes dans un port qui se distingue comme étant le premier de France avec respectivement 36 et 24 lignes de bateaux régulières pour Marseille et Fos. Il est par ailleurs dominé par la tour en verre de la société CMA-CGM, bon exemple de coopération franco-turque.

Benjamin Baijot

Trackbacks / Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *