Economie, Société

Le premier train 100 % électrique pourra accueillir ses premiers passagers avant la fin de l’année

 Testée pour la première fois en usine hier, la nouvelle locomotive électrique à grande vitesse turque fera ses premiers essais sur rails au mois d’août. Elle devrait être opérationnelle d’ici la fin de l’année 2020.

« La Turquie peut désormais construire ses propres locomotives à grande vitesse »

Les premiers essais en usine de la nouvelle locomotive électrique de construction turque ont commencé hier, le 29 juin, lors d’une cérémonie qui s’est déroulée à Sakarya, dans le nord-ouest de la Turquie. 

Selon le ministre turc de l’Industrie et des Technologies, Mustafa Varank, de nouveaux tests seront effectués sur rails à partir du mois d’août. 

Le ministre a également affirmé qu’il voulait que la place de la Turquie dans le secteur ferroviaire mondial devienne incontournable. Notant que le volume annuel du secteur mondial des systèmes ferroviaires était d’environ 160 milliards d’euros et qu’il devrait augmenter rapidement, il a déclaré lors de la cérémonie : « Nous dépenserons 15 milliards d’euros dans les systèmes ferroviaires durant les dix prochaines années »

Tout aussi fier de cet élan de la production nationale dans les technologies ferroviaires, le ministre turc des Transports et des Infrastructures, Adil Karaismailoğlu, a lui aussi pris la parole ce lundi dans l’usine de la Société anonyme de l’Industrie des Wagons de Turquie (TÜVASAŞ). Il a indiqué que le pays a dépensé près de 880 milliards de livres turques (plus de 114 milliards d’euros) en infrastructures de transport et de communication au cours des 18 dernières années, dont 162 milliards de livres turques (plus de 21 milliards d’euros) pour les systèmes ferroviaires. 

Félicitée par Adil Karaismailoğlu, TÜVASAŞ est selon lui devenue la plus grande productrice de systèmes ferroviaires au Moyen-Orient. Alors que l’économie s’effondrait pendant la crise sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19, TÜVASAŞ, qui avait été initialement créée en tant qu’installation de réparation de trains, a même maintenu l’exercice de ses activités afin de mener à bien le projet. 

M. Karaismailoğlu a également noté que, dans la période à venir, il donnerait la priorité aux projets ferroviaires. TÜVASAŞ continuera ses opérations sous le nom d’Entreprise de l’Industrie des Services Publics du Système Ferroviaire en Turquie (TÜRASAŞ).

« Nous travaillerons pour faire de la Turquie un important centre de production ferroviaire. »

Le projet présente un train composé d’une série de cinq véhicules avec une capacité d’accueil de passagers de 324 sièges avec deux pièces prioritaires pour les personnes handicapées, ainsi que de nombreuses autres sections réservées. 

Mustafa Varank a déclaré que le prototype a été produit à 60 % avec des ressources nationales et que ce taux pourrait atteindre les 80 % dans un plan de production de masse. Avec une capacité de construction d’environ 20 % moins chère que ses semblables étrangers importés, la nouvelle locomotive turque à grande vitesse se distingue désormais sur le marché international avec un taux élevé de production locale, des systèmes de contrôle, de haute surveillance, de climatisation et d’éclairage. 

Les vitesses de conception et d’exploitation du premier train produit étaient prévues à 176 et 160 kilomètres par heure, respectivement. 

M. Karaismailoğlu assure que le train pourra transporter des passagers d’ici la fin de l’année 2020.

Abou el amaim Nada

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *