International, Politique

Le Président Erdoğan: La sérénité des générations à venir dépend des pas que nous allons faire

Le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdoğan prit la parole lors de l’Assemblée Générale des Nations Le Président Erdoğan commenta les événements vécus en Syrie et la crise migratoire, comme suit les propos du Président :

« Des centaines de milliers d’enfants, de femmes, de jeunes et de vieillards ne cessent de mourir dans de nombreux pays piégés par la guerre et le terrorisme comme en Syrie et en Irak. Ceux qui fuient la mort et la tyrannie pour demander l’asile en Europe sont confrontés à de s traitements indignes et humiliants.

Les réseaux terroristes tels que le DAECH, El Nusra et le PYD/YPG continuent leurs opérations.

Les désaccords pouvant se transformer en d’offensifs combats sont un risque probable dans le Caucase.

De nombreux problèmes nous attendent au Yémén et en Ukraine.

D’autre part, les populations luttent contre la famine, les maladies contagieuses, la pauvreté et l’ignorance dans de nombreux pays dans le monde.

Ceci est un tableau honteux blessant la dignité et la conscience de l’humanité. Ce qui est dramatique est de savoir que la majorité de tous ces problèmes et de toutes ces crises sont capables d’être résolus aisément en réalité.

La sérénité, la sécurité et le bien-être des générations futures dépendent grandement des pas que nous allons avancer, des dispositions que nous allons prendre.

La Turquie dépensa 25 milliards de dollars pour les réfugiés jusqu’à présent. Les Nations Unies dont nous sommes tous réunis sous le toit actuellement apporta un soutien de 525 millions de dollars. L’Union Européenne ne put respecter ses promesses. Elle envoya uniquement 178 millions de dollars à l’UNICEF.

Nous, depuis le début de ce problème, nous étions persuadés que ce problème était le problème commun de l’humanité et nous avons oeuvré pour être en communication constante avec les acteurs régionaux et mondiaux et agir en collaborant avec eux. Nous ne pouvions rester silencieux face à cet enfer vécu par nos voisins, nos frères, les Syriens, et nous ne sommes restés silencieux face à leur drame ».

« Combien de temps durera l’indulgence des Nations Unies?« 

« Nous avons déployé de grands efforts pour le cessez-le feu en Syrie, malheureusement le cessez-le feu n’est toujours pas opérationnel, hier encore le régime attaqua un convoi des Nations Unies. Le régime syrien n’autorise nullement l’aide humanitaire envoyée à la population d’Alep. Combien de temps encore durera l’indulgence des Nations Unies et du Conseil de Sécurité face à la politique “soit tu te rends, soit tu meurs” du régime condamnant les populations à la famine ?« 

« Si vous ne luttez pas contre FETÖ aujourd’hui, demain il sera trop tard »

Le Président Erdoğan fit référence à la tentative de coup d’état de FETÖ, comme suit les propos du Président turc :

« Il ne faut point oublier que la tentative de coup d’état perpétrée en Turquie fut également perpétrée contre la démocratie mondiale. Notre peuple cette nuit-là en donnant une leçon historique aux putschistes hardis, devint une source d’inspiration pour tous les peuples ayant foi en la démocratie. Si aujour’hui je suis devant vous, c’est grâce à la noble et courageuse posture de notre peuple. Je suis fier de mon peuple pour avoir protégé sa démocratie.

Ce réseau terroriste de la nouvelle génération n’est pas uniquement présente en Turquie, ce réseau terroriste n’est pas uniquement une menade en Turquie mais un réseau terroriste menaçant la sécurité nationale de l’ensemble des 170 pays.

De cette chaire, je fais appel à tous nos amis à prendre les dispositions nécessaires contre l’Organisation Terroriste Guléniste dans les meilleurs délais pour protéger la sécurité et l’avenir de leur pays. Demain il sera peut-être trop tard. A cette occasion, je souhaiterais préciser que les termes “Turquie, Turc” employés par les institutions de cette organisation et par les personnes en rapport avec cette organisation, ne sont nullement en relation avec notre pays« .

« La Syrie appartient aux Syriens »

Erdoğan poursuivit son discours en indiquant, « Nous n’avons absolument pas d’ambition territoriale en Syrie. La Syrie appartient aux Syriens.« 

« Personne ne doit avoir d’ambition territoriale sur les terres syriennes. Le soutien que nous apportâmes à l’opposition du régime syrien, appelé, la Bataille de Jarablus, l’Opération Bouclier de l’Euphrate, (Fırat Kalkanı Harekatı) revêt une importance cruciale pour le rétablissement de la stabilité, de la sérénité et de l’équilibre dans la région où règne le désespoir. Cette opération montra que la priorité des organisations terroristes du PKK, du PYD n’était nullement de combattre le DAECH.“

« Nous devons travailler ensemble au sujet de la zone d’exclusion aérienne« 

Le Président Erdoğan souligna que les populations avaient commencé à rentrer chez eux, dans leurs maisons grâce à l’Opération Bouclier de l’Euphrate (Fırat Kalkanı Harekatı) réalisée à Jarablus, Le Président Erdoğan ajouta, « Nous planifions de construire des lieux d’habitation équipés de toutes les installations sociales au service de tous les réfugiés dans ces régions. Pour cela nous devons collaborer ensemble, décider fermement et déclarer zone d’exclusion aérienne pour les régions dont nous avons assuré la sécurité. »

Les Nations Unies doivent être soumis à des réformes

Erdoğan précisa également, « Nous devons parvenir à un accord instaurant une réforme renforçant les qualités représentatives du Conseil de Sécurité, permettant de devenir plus démocratique, plus équitable, plus transparent et plus efficace au Conseil de Sécurité. Les Nations Unies doivent être soumis à une réforme. Il est clair que tant que le Conseil de Sécurité, organe principal des Nations Unies, chargé d’assurer la paix et la sécurité internationale, ne sera pas réformé, les efforts entrepris ne pourront trouver écho dans toute leur intégralité. C’est justement pour cette raison que je rappelle à chaque occasion à l’opinion internationale la réalité que “Le Monde est plus grand que les 5 pays”.

« La possibilité de vivre dans une Palestine Libre est la dette sociétale des pays internationaux « 

Comme suit les propos du Président Erdoğan au sujet de la Palestine :

« Se basant sur une solution de deux états pour le peuple palestinien, se basant sur une capitale qui sera l’Est de Jérusalem, accorder une possibilité de vie à chaque palestinien dans une Palestine libre, source de sérénité est la dette sociétale de la communauté internationale à l’égard des enfants palestiniens. Il est impératif que l’Israël en particulier respecte la sacralité du Noble Sanctuaire (Haram in Sharif) et cesse toute violation à l’encontre du statut sacré du Noble sanctuaire.. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *