Economie, International, Politique, Tourisme

Le secteur touristique de la Turquie va-t-il être sauvé par la Russie ?

Alors que le secteur touristique turc bat de l’aile du fait de la situation géopolitique conflictuelle qui l’entoure, des récents attentats qui ont frappé le pays, et des tensions entre la Russie et la Turquie, la reprise des relations bilatérales devrait insuffler un peu d’espoir aux professionnels du secteur.

turkey-832954_960_720

La Turquie a répondu à l’invitation de la Russie. Aujourd’hui, le ministre des Affaires étrangères et un florilège de ministres composant la délégation turque se sont rendus à Moscou pour rencontrer le gouvernement russe. Ceux-ci ont discuté des différents domaines de collaboration entre les deux pays, notamment dans le secteur touristique, particulièrement touché par les sanctions économiques imposées par la Russie à Ankara à la suite de la destruction d’un avion russe SU-24 à la frontière turco-syrienne.

Lire aussi : http://aujourdhuilaturquie.com/fr/le-refroidissement-des-relations-turco-russes-lie-a-lerreur-dun-pilote/ 

Depuis fin juin, les relations commencent enfin à se détendre après que le Président turc Recep Tayyip Erdoğan ait envoyé une lettre à son homologue russe, Vladimir Poutine, dans laquelle il présentait ses regrets.

Lire aussi : http://aujourdhuilaturquie.com/fr/le-president-turc-sexcuse/

Tout s’est ensuite enchainé très rapidement : conversation téléphonique avec le Kremlin le 29 juin, rencontre entre Mevlut Cavusoğlu, le ministre des Affaires étrangères turc, et son homologue russe à l’Organisation de la coopération économique de la mer noire (CEMN) le 1er juillet et aujourd’hui, enfin, arrivée de Mevlut Cavusoğlu, mais aussi des ministres des Transports, de la Marine et des Communications (Ahmet Arslan), de la Culture et du Tourisme (Nabi Avci), ainsi que du ministre de l’Intérieur (Efkan Ala) et d’une ribambelle de représentants du secteur touristique concernés par le sujet de la rencontre bilatérale d’aujourd’hui.

Lire aussi : http://aujourdhuilaturquie.com/fr/le-retablissement-des-relations-bilaterales-commence/

Le tourisme au cœur des discussions bilatérales

Si le tourisme ne sera pas le seul sujet abordé aujourd’hui, il n’en reste pas moins qu’il prendra toute la place qu’il mérite.

Lors de la rencontre, le ministre des Affaires étrangères a confié que Russes et Turcs évoqueront le planning relatif à la reprise des vols charters entre la Turquie et la Russie ainsi que les futurs domaines de coopération touristiques qui pourraient être développés entre les deux États.

Évidemment, au regard des derniers attentats à l’aéroport international Atatürk d’Istanbul qui a causé la mort de 47 individus le 28 juin dernier, et à l’heure où les festivités du 14 juillet ont été annulées en Turquie, les mesures de sécurité entourant les séjours touristiques des ressortissants étrangers seront au cœur des discussions.

Le 8 juillet dernier, le Premier ministre russe, Dmitry Medvedev, avait d’ailleurs signalé que la Turquie devait accorder « une attention particulière aux besoins de mesures supplémentaires pour assurer la sécurité des transports et interdire les vols dans des régions où la menace terroriste est importante ».

Lire aussi : http://aujourdhuilaturquie.com/fr/attentats-de-laeroport-ataturk-mardi-noir-en-turquie/

Lire aussi : http://aujourdhuilaturquie.com/fr/les-festivites-du-14-juillet-annulees-en-turquie/

Le secteur touristique turc en grande difficulté

Le secteur touristique turc, auparavant florissant, est cette année en grande difficulté.

Les professionnels du tourisme ont à plusieurs reprises cette année tiré la sonnette d’alarme, s’inquiétant des retombées économiques des multiples attentats qui se sont abattus sur le sol turc et qui sont attribués au PKK, aux Faucons de la liberté ainsi qu’au groupe armée Etat islamique depuis le début de l’année 2015.

Lire aussi : http://aujourdhuilaturquie.com/fr/mauvaises-nouvelles-pour-lindustrie-touristique-turque/

Mais, une autre source d’inquiétude a pris fin, à savoir : les sanctions infligées par la Russie à l’encontre de l’industrie touristique turque à la suite de la destruction de l’avion militaire russe le 24 novembre dernier.

Depuis, un décret russe interdisait les vols charters russes à destination de la Turquie ; dès lors, il était certain que la Turquie ne recevrait pas en 2016, comme les années précédentes, quatre millions de touristes russes – seconde source de revenus pour le secteur.

Heureusement, Vladimir Poutine a finalement annoncé que cette restriction allait être levée.

D’ailleurs, c’est avec joie que la Turquie a vu atterrir à l’aéroport d’Antalya, le 9 juillet, le premier avion de Russia Airlines depuis le début de la saison, un Boeing 737-800 en provenance de Moscou, plein à craquer. Une cérémonie avait même été organisée pour célébrer l’événement au plus grand bonheur des passagers qui sont sortis de l’avion en musique et se sont vu offrir des fleurs.

Il était temps, car les chiffres sont inquiétants. Depuis janvier, le nombre de touristes dans la région très touristique d’Antalya avait baissé de 42% par rapport à 2015.

La reprise des relations bilatérales et la levée des sanctions économiques russes sont d’autant plus importantes que, selon les autorités provinciales d’Antalya, le nombre de touristes russes dans les hôtels de la région a diminué de 96 % durant les cinq premiers mois de l’année 2016.

Quant à l’aéroport d’Antalya, celui-ci avance que la baisse du nombre de touristes russes a chuté de 98,5%.

Quoi qu’il en soit, en six mois, les pertes financières du secteur s’élèveraient à 15 milliards de dollars américains ; déclin spectaculaire qui pesait sur l’économie globale du pays.

Le rétablissement des relations bilatérales, un enjeu économique de taille

Selon un récent rapport effectué par Ata Investment Analysts, le rétablissement des relations bilatérales avec la Russie permettra de stimuler l’économie Turquie de pas moins de 10 milliards de dollars durant les deux prochaines années.

Le rapport soutient que «  les relations économiques et commerciales bilatérales entre la Turquie et la Russie vont s’améliorer en peu de temps après que les problèmes courants soient résolus. Ceci créera une contribution additionnelle à l’économie turque d’environ 4,5 à 5 milliards de dollars par an grâce à l’augmentation rapide des relations commerciales et touristiques avec la Russie ».

En plus des chiffres catastrophiques de l’économie touristique, au début de l’année, les exportations turques vers la Russie avaient chuté de 61,5% par rapport à la même période en 2015.

La rencontre entre les dirigeants turcs et russes est donc aujourd’hui déterminante pour le secteur touristique et pour l’économie turque dans sa globalité. Si les choses se passent bien, les prévisions de Ata Investment Analysts pourraient bien se concrétiser.

Camille Saulas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *