International, Politique

Le terrorisme a battu en brèche le mandat de François Hollande, le coronavirus en fera-t-il de même avec Emmanuel Macron ?

Les deux grands pays moteurs de l’Europe méritent la comparaison. Tout d’abord, sur le plan démographique, la France compte 67 millions d’habitants et l’Allemagne 82 millions d’habitants. Berlin s’étend sur plus de 800 km2, soit une superficie huit fois plus importante que celle de Paris. Ainsi, la densité de population berlinoise s’élève à moins de 4 000 habitants par km2, alors qu’à Paris, ils sont plus de 20 000 à partager la même surface. Par ailleurs, si Paris compte 450 espaces verts, Berlin est riche en parcs et en forêts avec 2 500 espaces verts. Les Berlinois ont donc beaucoup plus de place pour s’aérer et respirer que les Parisiens.

Il n’est donc pas surprenant d’apprendre que de nombreux citadins envisagent de quitter la ville pour un environnement plus vert. D’après un sondage Viavoice, intitulé « Coronavirus : quel monde d’après ? », 69 % des Français interrogés jugent nécessaire de « ralentir le productivisme et la recherche perpétuelle de rentabilité » et 70 % de « réduire l’influence de la finance et des actionnaires sur la vie des entreprises ».[1]

* * *

Actuellement, nombreux sont ceux qui s’interrogent sur la restriction de nos libertés par décisions gouvernementales au nom de la santé. Ne serions-nous pas en train de nous habituer à un renoncement de nos libertés ?

En outre, on entend que beaucoup de choses vont changer après cette crise de la Covid-19, que nos pays vont se refermer sur eux-mêmes, que nous produirons et consommerons localement, que nous vivons la fin de la mondialisation. Pourtant, force est de constater que ce n’est pas le cas. Nous vivons toujours dans l’ère de la mondialisation.

Plus de 3,38 milliards de personnes à travers 80 pays et territoires ont été appelées ou astreintes par les autorités à se confiner pour lutter contre la propagation de la Covid-19. Cela représente environ 43 % de la population mondiale[2].

Selon des enquêtes du Cevipof et d’Ipsos-Sopra Steria menées dans différents pays, les Français sont les plus angoissés par la situation et entretiennent une plus grande défiance envers leurs dirigeants.[3]

Ceci est lié à l’angoisse du confinement, explique Cynthia Fleury, philosophe, psychanalyste et professeure à l’American University of Paris, qui souligne « une forme de sidération et d’apathie, voire de déprime pour certains », avant d’ajouter que « le plus dur est devant nous, car le niveau de conscientisation du danger augmente et la récession économique aussi, donc le déconfinement sera nécessairement plus anxiogène, sans parler du fait que nous nous sentions en effet relativement à l’abri chez nous, côté peur sanitaire, et que là, il va falloir retourner travailler dans des conditions nullement clarifiées, et sans doute insuffisantes en matière de sécurité sanitaire ».[4]

En définitive, chacun va devoir arbitrer entre ses contraintes professionnelles et son sentiment d’insécurité, tout en s’habituant à vivre avec les gestes barrières, le port du masque, etc. Car notre défi, désormais, est de cohabiter avec le virus, sans qu’il nous mette en danger.

*  *  *

Les conclusions d’une enquête sur le fiasco des tests de diagnostic du coronavirus, relayées dans un podcast « Pandémie »[5] sont révélateurs.

Il y a d’un côté un président fort entouré de conseillers qui ne veulent pas perdre leurs fauteuils et de l’autre côté un Premier ministre coincé entre sa conscience et sa morale politique. L’un est écrivain et l’autre est comédien. Mais un comédien pas comme les autres : il aime jouer avec beaucoup d’argent. Forcément, cela devient compliqué de s’entendre dans la durée. L’heure du divorce est-elle venue ?

Président du désordre, de la pénurie et du mensonge, Emmanuel Macron a manqué aux devoirs de sa fonction dans l’épreuve de la Covid-19. Pour certains, la destitution de ce présidentialisme archaïque est un impératif politique afin de fonder une République vraiment démocratique.[6]

Rappelons également la vidéo visionnée par plus de 5,5 millions de personnes sur YouTube, l’appel de Vincent Lindon : « Comment ce pays si riche… ». Le comédien a confié à Mediapart une longue réflexion, lue face caméra chez lui, sur ce que la pandémie révèle du pays qui est le nôtre, la France, sixième puissance mondiale empêtrée dans le dénuement (sanitaire), puis dans le mensonge (gouvernemental) et désormais dans la colère (citoyenne). Un texte puissamment politique, avec un objectif : ne pas en rester là.[7]

Le vrai problème en France c’est les failles de la démocratie : un président élu par 18 % des électeurs lors d’un second tour face à Marine Le Pen où les électeurs se sont sentis obligés de voter « contre » plutôt que « pour », ou encore un Parlement qui ne reflète pas de façon véritablement proportionnelle les opinions des Français. Nous nous comparons avec les Allemands alors que, hélas !, procéder à des élections législatives un mois seulement après la présidentielle aboutit souvent à un parlement aux ordres du président.

Il semble encore important de répéter que tous les partis et groupements politiques devraient être représentés à l’Assemblée nationale afin de refléter véritablement les opinions, les besoins et les aspirations du peuple. À cet égard, on ne doit pas oublier que les médias ne sont pas impartiaux, en atteste la comparaison d’une interview d’un membre du gouvernement avec celle d’un représentant de l’opposition.

Alors que nous étions occupés par la disparition supposée de Kim Jong-un, nous avons failli passer à côté de la vraie information : un ex-collaborateur d’Olivier Véran, Tewfik Derbal, a cherché à toucher une commission sur des masques FFP2 en pleine pénurie de cette fameuse protection auprès du nouveau ministre de la Santé. Devenu le collaborateur d’une députée LREM, il a fini par démissionner.[8]

Le 9 mai, Jean-Luc Mélenchon a pris la parole dans l’hémicycle pour rejeter la prorogation de l’état d’urgence sanitaire. Il a dénoncé un gouvernement qui n’avait pas tiré les leçons du confinement et qui n’avait toujours pas réquisitionné les entreprises nécessaires pour fabriquer en nombre suffisant les tests, masques, médicaments et bouteilles d’oxygène à usage médical dont nous avons besoin. Il a également appelé à nationaliser Luxfer et Famar. Le président de « La France insoumise » a expliqué que le déconfinement hasardeux était un danger, notamment à cause de la cohue à venir dans les transports en Île-de-France. Il a appelé à rendre gratuits les masques et à ce qu’ils soient distribués par la puissance publique. Il a tiré la sonnette d’alarme quant à la détresse alimentaire que subissent les départements les plus pauvres, il a demandé l’annulation des frais bancaires et la suspension des loyers. Enfin, Jean-Luc Mélenchon a dénoncé la société de surveillance généralisée dans laquelle nous entraine la « macronie ».[9]

* * *

Tout y est caché : les réserves de devises de la Chine se sont établies à 3.115,497 milliards de dollars au 30 janvier 2020

Hüseyin Latif, directeur de publication


[1] https://www.lemonde.fr/planete/live/2020/05/01/le-confinement-vous-a-incite-a-changer-de-vie-racontez-nous_6038381_3244.html?xtor=EPR-32280629-[a-la-une]-20200502-[zone_edito_1_titre_4]

[2] https://www.latribune.fr/economie/international/pandemie-quatre-humains-sur-dix-incites-ou-astreints-a-se-confiner-843710.html

[3] https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/05/02/gestion-du-coronavirus-l-executif-francais-juge-plus-durement-que-ses-homologues-europeens_6038410_823448.html?xtor=EPR-32280629-[a-la-une]-20200502-[zone_edito_1_titre_3]

[4] https://www.lemonde.fr/m-perso/article/2020/04/29/cynthia-fleury-nous-sommes-entres-dans-une-ere-de-bien-sur-veillance_6038163_4497916.html

[5] https://play.acast.com/s/pandemie/648cd36f-1377-4249-baf3-245a7d228df3

[6] https://www.mediapart.fr/journal/france/040520/le-president-destitue?utm_source=20200508&utm_medium=email&utm_campaign=HEBDO&utm_content=&utm_term=&xtor=EREC-83-[HEBDO]-20200508&M_BT=719373136791 (Le président destitué, 4 mai 2020 Par Edwy Plenel, Mediapart.fr).

[7] https://www.youtube.com/watch?v=EdZBZUN2t-4 (6 mai 2020).

[8] https://www.mediapart.fr/journal/france/090520/masques-un-ex-collaborateur-de-veran-cherche-toucher-une-commission?utm_source=20200509&utm_medium=email&utm_campaign=QUOTIDIENNE&utm_content=&utm_term=&xtor=EREC-83-[QUOTIDIENNE]-20200509&M_BT=71937313679  (19 mai 2020 Par Matthieu Suc et Marine Turchi).

[9] https://www.youtube.com/watch?v=oMFnC9pYYxM (9 mai 2020)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *