International, Société

L’épidémie de fièvre jaune ravage de plus en plus l’Afrique centrale

Maladie virale, la fièvre jaune fait actuellement des ravages considérables en Afrique centrale, avec toujours plus de contaminations. L’épidémie, qui a commencé en Angola fin 2015, s’étend maintenant à la République démocratique du Congo (RDC), et également en Ouganda.

vaccination

En ce milieu d’année 2016, les rapports sont accablants. En effet, 3 294 cas ont été recensés comme suspects. Parmi eux, 861 se sont malheureusement révélés confirmés. Les régions du pays s’inquiètent maintenant de voir la propagation croissante du virus directement transmis par les moustiques, infectant le système viral humain et entrainant malaises, insuffisances cardiaques et hypothermie.

Les régions de Luanda et du Huambo sont les plus affectés par la maladie, car 347 personnes sont déjà décédées de la fièvre jaune. Le virus voyageant de plus en plus, l’OMS s’inquiète d’une potentielle contamination des pays frontaliers. L’Organisation Mondiale de la Santé avait cependant déclaré fin mai 2015 que l’épidémie ne constituait pas “une urgence de santé publique de portée internationale“. La Croix Rouge craint cependant une “crise mondiale“ si des plans d’action ne sont pas mis en place de manière plus effective sur court et long terme.

La vaccination se fait quant à elle en urgence. 15 millions de doses ont été administrées pour l’instant en Angola et en RDC, au sein des capitales et par la suite dans les endroits plus excentrés. Des initiatives qui n’empêchent cependant pas la propagation du virus. Afin d’éviter une contagion internationale, ce sont 11,6 millions de personnes de plus qui seront vaccinés en RDC, d’après les dires de Felix Kabange, ministre de la santé. Cela permettra de créér une “zone immunitaire tampon“, et ainsi d’immuniser le plus possible la population locale. Cette maladie virale ne possède en effet qu’un vaccin pour la contrer et pas de médicament, ce qui ne permet pas de soigner les personnes déjà affectées. Le vaccin possède cependant une immunité efficace dans les trente jours pour 99% des personnes.

Louise Danjou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *