Environnement, Société

Les élèves de Notre Dame de Sion ou la relève environnementale

C’est le jeudi 2 juin que le club pour l’environnement du Lycée français Notre Dame de Sion a organisé un événement déterminant pour mener à bien ses projets contribuant à assurer l’avenir environnemental du pays.

11325d97-50d7-4df9-a9be-9c52357946d3

C’est avec le plus grand soutien des élèves et des professeurs de Notre Dame de Sion que la Kermesse annuelle du club de l’environnement de cet établissement, réunissant une vingtaine d’élèves depuis déjà huit ans, s’est déroulée dans la cour ensoleillée de l’école le 2 juin dernier.

Si l’objectif de cet événement était de collecter des fonds pour effectuer divers projets visant la protection de l’environnement, le premier succès du club fut d’encourager une nouvelle conscience environnementale chez les élèves. En effet, ceux-ci ont mis la main à la pâte en fournissant des objets de seconde main, mais aussi des créations vendus au profit de l’association. Ainsi, sur les stands déployés, on pouvait trouver vêtements, livres, DVD, disques, mais aussi tasses et objets de bureaux en feutrine confectionnés par les étudiants.

Eda Poda, une élève de première membre active du club, peut être fière de la réussite de cet événement, dans la mesure où elle a confié qu’une de leur mission fondamentale était « de faire quelque chose de concret pour changer le mode de pensée des individus ». « On essaie d’instruire les gens sur l’environnement, de leur faire comprendre l’importance de la protection de la planète […] de créer une conscience environnementale non seulement dans notre école, mais aussi dans les villages turcs », a-t-elle ajouté.

En effet, si des conférences ont été organisées tout au long de l’année au sein du lycée avec la participation d’ONG turques telles TURMEPA, le club a aussi pour objectif d’aider les villages turcs à se développer et à adopter un mode d’agriculture respectueux de l’environnement.

À ce sujet, Eda a expliqué qu’elle et ses camarades se rendaient dans les milieux ruraux et qu’ils discutaient avec les cultivateurs pour leur « faire prendre conscience de l’importance d’utiliser des produits de traitement biologiques et naturels et de laisser de côté les insecticides. »

Les élèves de NDS ont aussi pour projet l’installation de panneaux solaires dans deux villages, Izmit Ortaburun et Bolu Seben Alpagat, ainsi que la construction d’un système de récupération des eaux de pluie pour les écoles.

Le professeur responsable du club sur l’environnement, Seval Erol, a d’ailleurs précisé que l’engagement des élèves de Notre Dame de Sion avait permis de développer la permaculture et d’augmenter le nombre d’arbres dans les villages dans lesquels ils interviennent. Avec la participation de trois autres écoles, les élèves ont également construit un dispensaire.

Le professeur résumera enfin la mission du club : « On essaye au mieux de résoudre les problèmes des villages dans lesquels on intervient, mais aussi de favoriser la conscience environnementale dans les écoles » ; objectif qui pourra être pleinement atteint grâce à la vente qui s’est déroulée le 2 juin et qui a attiré un grand nombre de personnes.

Leur prochaine entreprise d’envergure n’est autre que la participation de deux élèves du club à la conférence danoise « Care Takers » réunissant des écoles du monde entier pour présenter leur projet environnemental, mais aussi pour échanger et s’enrichir par la rencontre de différents horizons.

Un des participants, Levent Suğ a déclaré à ce sujet: « Le but est de montrer comment on peut améliorer la situation en Turquie en améliorant les conditions des villages, car on ne peut pas avancer sans donner de l’importance à ces villages ».

13336455_10154232230934911_1018205573_n

Camille Saulas, Yasmine Mehdi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *