Economie, Environnement

Les énergies renouvelables : une obligation

Les besoins de la Turquie en matière d’énergie augmentent de jour en jour, engendrant une dépendance accrue vis-à-vis des pays exportateurs de combustibles fossiles.wind-farm-743517_960_720Cette réalité condamne en quelque sorte la Turquie à explorer sérieusement ses alternatives en matière d’énergies renouvelables. En 2015, la Turquie y a investi environ deux milliards de dollars américains. Il y a cinq ans, la puissance nominale de l’énergie renouvelable du pays était de 1511 MW. Aujourd’hui, ce chiffre a été quadruplé (4.2), atteignant 6924 MW. L’objectif, qui s’avère être un véritable défi, fixé par le Plan d’action pour l’Énergie renouvelable du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles turc, est que 30 % de notre énergie provienne de ressources renouvelables d’ici 2023. Pour y arriver, il faudrait atteindre une capacité de 34 GW d’énergie hydroélectrique, de 20 GW d’énergie éolienne, de 5 GW d’énergie solaire, de 1 GW de biomasse et de 1 GW d’énergie géothermale en 2023. Notons que si le nombre des centrales utilisant de l’énergie renouvelable était auparavant de 574, en 2016, ce nombre a atteint 829.

En ce qui concerne sa capacité en énergie renouvelable, en prenant en considération l’année 2015, la Turquie se situe à la vingtième place mondiale. Les investissements dans ce domaine ont augmenté de 46 % par rapport à l’année précédente. L’un des plus gros investissements est sans doute celui effectué pour le Centre de Production électrique Yüksek Elektrik Mühendisi İdris Yamantürk, une installation géothermale de cinq unités qui dispose d’une capacité de 232,3 MW. Sa valeur s’élève à 970 millions de dollars américains dont 200 millions ont été financés par la Banque européenne pour la Reconstruction et le Développement. C’est la plus grande centrale d’énergie géothermale en Turquie et la seconde en Europe.

La Turquie a un très grand potentiel en matière d’énergies renouvelables. Il suffit de penser à l’énergie solaire pour l’illustrer, puisque la superficie de la Turquie et sa durée d’ensoleillement lui octroient la possibilité de devenir un marché plus que prometteur dans ce domaine. D’autant plus que la capacité solaire exploitée est actuellement très basse avec seulement 358 MW.

En ce qui concerne l’énergie géothermale, la Turquie fait partie des plus gros producteurs mondiaux en se situant à la huitième place mondiale. Pourtant, malgré une capacité de 1500 MW, seuls 695 MW sont exploités.

Le potentiel éolien en mer (éolienne offshore) du pays n’est pas non plus négligeable avec une capacité de 32 GW. Cependant, aucun investissement n’a encore été réalisé. Toutefois, le gouvernement a prévu un appel d’offres de 2 GW pour l’année 2016.

Comme on peut le constater, l’énergie renouvelable en Turquie est une nécessité, mais présente aussi un grand potentiel pour le pays et pour ses éventuels partenaires dans ce domaine, leur assurant des gains considérables.

Eren Paykal

2 Comments

  1. Si l’Union européenne continue à agir de la sorte contre la Turquie, les entreprises européennes n’auront que des miettes de ce gigantesque potentiel turc. Aux russes, aux japonais et aux chinois d’en profiter. On a vu ce qui se passe avec des centrales nucléaires… Il paraît que nos champions, EDF et AREVA sont des vrais spécialistes et leaders mondiaux… En Turquie c’est la Russie qui a raflé le marché, à terme plus de 40 milliards d’euros.

  2. Si le pays a des opportunités encore inexploitées concernant les énergies renouvelables, c’est effectivement le moment de se pencher sur la question. L’argument d’ensoleillement relatif aux panneaux solaires est le plus évident pour pousser le pays à adopter de nouveaux modes de consommation d’énergie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *