International

Les États du Golfe condamnent les attaques visant la minorité chiite

Les ministres du Conseil de coopération du Golfe se rassemblent pour condamner les trois derniers attentats suicides contre des musulmans chiites.

chiites

Lors d’une réunion d’urgence au Koweït, les ministres du Conseil de coopération du Golfe qui rassemble le Koweït, l’Arabie Saoudite, le Bahreïn, l’Oman, le Qatar et les Émirats arabes unis ont annoncé faire front contre la succession d’attentats suicides commis contre des musulmans chiites au Koweït et en Arabie Saoudite.

Vendredi dernier, un attentat suicide au Koweït a tué 26 personnes et en a blessé 227 autres. L’attentat a eu lieu dans une mosquée en plein ramadan. A cela s’ajoutent deux attentats en Arabie saoudite qui ont fait plus de 20 morts. Au total au cours des deux derniers mois, une cinquantaine de personnes ont été tuées et des centaines ont été blessées au cours de trois attentats suicides de mosquées chiites, tous revendiqués par l’EI.

Une annonce officielle après la réunion a qualifié ces attaques d’ « actes criminels sans aucun rapport avec l’islam et ses valeurs. L’islam s’oppose à la violence et la mort d’innocents ». Pour autant aucune action concrète des pays membres du Conseil n’a été annoncée.

La rivalité entre les musulmans chiites (majoritaires en Iran, en Irak et au Bahreïn) et les musulmans sunnites remonte au VIIIe siècle lorsque Ali, cousin et gendre du prophète Mahomet voit sa légitimité à devenir calife contestée par le gouverneur de Damas Moawiya, qui prétend suivre la vraie loi ou sunna. Les conflits d’intérêts entre certains groupes sunnites et chiites n’ont jamais véritablement disparu comme l’a montrée l’expansion de l’Etat islamique sunnite en Irak et en Syrie contre un pouvoir chiite : le groupe djihadiste sunnite considère les Chiites comme des hérétiques, justifiant ainsi la violence qu’il exerce à leur égard. Le 23 juin, l’Etat islamique par la bouche de son porte-parole officiel Abou Mohamed al-Adnani appelait au Djihad afin de faire du ramadan « un mois de malheur pour les mécréants ».

Parmi les pays du Conseil de coopération du Golfe, le taux de population chiite dans la région est le suivant : Koweït (21%), l’Arabie saoudite (2,5%), le Bahreïn (plus de 50%), le Qatar (10%) et les Emirats arabes unis (13%).

chiites_73

Les attentats commis par l’Etat islamique dans ces pays à minorité Chiite constituent ainsi « une grave menace pour la sécurité et la stabilité des pays du Conseil de coopération du Golfe » selon une autre déclaration à la fin de la réunion du Conseil. La défense des minorités est en effet cruciale pour assurer la paix civile et la cohabitation paisible des différents groupes religieux de la région.

Anne-Laure Gatin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *