Culture, International, Politique, Société

Les festivités du 14 juillet annulées en Turquie

C’est une véritable tradition à Izmir, à Istanbul et à Ankara. Tous les ans, les Français de la Turquie,  les francophones et francophiles, mais aussi leurs amis turcs se retrouvent dans les plus grandes villes turques pour célébrer la fête nationale française. Mais, cette année, tout vient d’être annulé.

images (3)

La soirée tant attendue au Palais de France est annulée  

Cette année, nous n’aurons pas la chance de déguster petits fours et spécialités turques et encore moins se délecter d’un excellent champagne et de bon vin ou danser jusqu’au bout de la nuit dans les magnifiques jardins du Palais de France d’Istanbul. Le risque est trop grand selon les autorités turques et françaises.

Alors que des milliers de français se préparaient à participer à la réception organisée pour le 14 juillet, le Consul général de France à Istanbul a annoncé sur son compte Twitter que les célébrations prévues à Istanbul aujourd’hui sont annulées pour « des raisons de sécurité ».

2016-07-13 13.54.28

Pas de festivités dans la capitale turque ainsi qu’à Izmir

Il est de même à Ankara et à Izmir, les autorités ont conseillé d’annuler les hommages à l’amitié franco-turque qui devaient se dérouler respectivement le 14 et le 16 juillet.

L’ambassade de France à Ankara a fait parvenir un communiqué de presse stipulant que : « Pour des raisons de sécurité, les réceptions prévues à Ankara, Istanbul et à Izmir pour le 14 juillet sont annulées. Nous avons informé les autorités turques de cette décision et restons en lien étroit avec elles sur ce sujet ».

Le communiqué précise aussi que : « L’Ambassade de France à Ankara et le Consulat général à Istanbul seront fermés à compter de mercredi 13 juillet à 13 heures et jusqu’à nouvel ordre ».

En marge du 14 juillet, l’Institut français d’Istanbul a lui aussi annoncé qu’il fermait ses portes.

Une 12e édition avortée pour Aujourd’hui la Turquie

Comme depuis 11 ans, Aujourd’hui la Turquie se préparait à participer aux festivités à Ankara, à Istanbul ainsi qu’à Izmir.

A l’occasion, nos équipes devaient distribuer aux participants des réceptions organisées à l’occasion de la fête nationale française, le dernier numéro de notre mensuel qui contient une interview exclusive avec l’ambassadeur de France en Turquie, Monsieur Charles Fries.

Quoi qu’il en soit, c’est avec plaisir que nous vous transmettons le lien pour découvrir le numéro 136 d’Aujourd’hui la Turquie http://aujourdhuilaturquie.com/fr/charles-fries-jai-la-chance-detre-en-turquie-a-lheure-ou-ce-pays-est-au-coeur-de-multiples-enjeux-tres-importants-pour-la-france-et-pour-leurope/

Vous pouvez aussi consulter nos anciennes publications grâce à l’application d’Aujourd’hui la Turquie sur votre smartphone et sur votre tablette.

Une menace sérieuse plane sur le 14 juillet

Une source consulaire a précisé que l’annulation des célébrations de la fête nationale dans les trois plus grandes de Turquie constituait une première ; ce qui illustre l’ampleur de la menace.

Dans un email envoyé aux ressortissants français, Muriel Domenach a prévenu que « des informations concordantes [faisaient] état d’une menace sérieuse contre l’organisation de la fête nationale du 14 juillet en Turquie ». En revanche, cette dernière ne s’est pas prononcée sur la nature de cette « menace sérieuse ».

La menace est prise très au sérieux au vu du déploiement des forces spéciales de la police turque qui patrouillent et les barrières qui ont été installées devant le consulat à Istanbul.

Le vice-premier ministre turc, Numan Kurtulmus, a tenté de rassurer les Turcs ainsi que les ressortissants français en annonçant que le pays « est mobilisé au plus haut niveau pour protéger les représentations diplomatiques françaises ». Celui-ci s’est aussi dit être « en relation très étroite avec les autorités françaises ».

Quant au ministère français des Affaires Etrangères, celui-ci recommande « de faire preuve de la plus grande vigilance et d’éviter et d’éviter les attroupements et les lieux de forte affluence ».

La Turquie aux prises avec une vague d’attentats 

Depuis l’année dernière, la Turquie est frappée par une vague d’attentats dont le dernier en date remonte au 28 juin. L’attentat à l’aéroport international Atatürk d’Istanbul, attribué à Daech, avait alors fait 47 morts.

Les autorités redoutent que les célébrations du 14 juillet soient une cible idéale pour l’organisation djihadiste, mais aussi pour le Parti des Travailleurs du kurdistan (PKK) qui a repris les armes contre l’État turc depuis l’été dernier.

Dimanche dernier, dix soldats turcs et un garde d’un village dans le sud-est de la Turquie ont été tués lors de deux attaques de l’organisation insurgée kurde.

La France, cible privilégiée de Daech 

La France serait le pays le plus visé par le djihadisme selon les experts sur la question.

Déjà l’année dernière, Yves Trotignon, spécialiste de la lutte contre le djihadisme en France et dans le monde  et ancien agent de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), avait confié dans une interview au quotidien français, Le Monde, que : « Dans la lutte contre le djihadisme, la France est très active sur le plan international  et militaire. C’est un facteur de surexposition à la menace. Nous sommes vus comme une puissance postcoloniale et le pays de la laïcité connu pour ses débats  sur le voile et l’affaire des caricatures. En Europe, la France est donc la principale cible des djihadistes […] Depuis un an, la France est avec les États-Unis le pays le plus visé au monde par le djihadisme. »

Patrick Calvar, patron de la DGSE, lors de son audition du 10 mai par la Commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale, avait annoncé que le pays était « clairement visé » par cette organisation terroriste et que Daech planifiait de nouvelles attaques.

Le mois dernier, le Premier ministre français, Manuel Valls avait déclaré à la chaine de télévision française, BFMTV, que « la France est la cible numéro 1 de Daech ». Il avait notamment confirmé que les Français pouvaient être ciblés dans des pays tiers : « La menace est encore extrêmement élevée. Nous savons par exemple que l’attentat de Bruxelles visait sans doute la France ».

Alors que près de 8500 Français vivent en Turquie, dont environ 6100 à Istanbul et 1 830 à Ankara, la 4e communauté occidentale dans ce pays constitue une cible de choix pour Daech dont les réseaux se sont implantés progressivement en Turquie et qui subissent actuellement des revers en Irak et en Syrie face à la coalition internationale à laquelle participe activement la France. Patrick Calvar confirme d’ailleurs cette analyse : « Daech se trouve dans une situation qui l’amènera à essayer de frapper le plus rapidement possible et le plus fort possible: l’organisation rencontre des difficultés militaires sur le terrain et va donc vouloir faire diversion et se venger des frappes de la coalition ».

Les voeux du Consulat pour la fête nationale

Malgré la situation, la Consule générale de France a envoyé aux ressortissants français ses voeux au nom des équipes consulaires de Turquie dans un email envoyé le jour de la fête nationale stipulant : « Les célébrations du 14 juillet se déroulent dans un contexte bien particulier pour notre communauté française ici, avec l’annulation pour des raisons de sécurité des réceptions prévues. Je tiens néanmoins au nom de toute l’équipe du consulat, et en y associant également nos consuls honoraires à Izmir, Bursa et Edirne, à vous souhaiter une bonne fête nationale ».

Cette dernière a tenu à rappeler que les ressortissants français doivent faire preuve d’une grande prudence : « En tant que résidents, vous avez naturellement à l’esprit le contexte qui prévaut en Turquie et la nécessité de faire preuve d’une vigilance particulière, et de rester discrets et de se conformer strictement aux consignes des autorités locales, en particulier dans les zones touristiques et les lieux de forte influence ».

Camille Saulas. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *