Cinéma, Société

Les gagnants du Festival international de Turquie du film sur la migration enfin dévoilés

Coronavirus oblige, le Festival international du film sur la migration a dû être organisé en ligne avec la collaboration de Festival Scope. À l’issue de la cérémonie de clôture du 21 juin, le Festival a enfin annoncé les vainqueurs.

Sans surprise, le film documentaire For Sama, réalisé par Waad al-Kateab et Edward Watts, a remporté le prix du meilleur long métrage au Festival international du film sur la migration. Le célèbre cinéaste turc Nuri Bilge Ceylan, président du jury de cette année, a indiqué que For Sama avait été choisi à l’unanimité. « Le prix du meilleur film du Festival international du film sur la migration, qui a pour but d’embrasser l’une des plus grandes tragédies des temps modernes, a été décerné à un film documentaire », a-t-il déclaré. 

Déjà récompensé à de nombreux événements — dont Bafta, le Festival de Cannes, les British Independent Film Awards —, le film documentaire raconte l’histoire de Waad al Kateab à Alep, de 2011 à 2016, pendant la guerre syrienne. Sous la forme d’une lettre à sa fille, Waad montre les images terrifiantes de ce qu’elle appelait son « quotidien », et de l’impunité du gouvernement syrien qui cible principalement les hôpitaux. Sous les bombes et les tirs, elle a vécu son premier véritable amour, son mariage et la naissance de sa fille, Sama (« ciel » en arabe). Dans son film, elle explique à son enfant la raison pour laquelle ils n’ont pas quitté Alep. Entre protéger son enfant et sauver son pays, Waad était déchiré, jusqu’en 2016, date de son départ nocturne pour son exil en Turquie. 

« Et maintenant, je suis une réfugiée au Royaume-Uni », a-t-elle déclaré, conseillant à tous, notamment aux habitants de Turquie, de regarder son film pour en savoir plus sur les raisons de la migration et les difficultés auxquelles les migrants doivent faire face. « Merci beaucoup pour cette reconnaissance », a-t-elle déclaré à la réception du prix. Comme prévu, le vainqueur du prix du meilleur film a remporté la généreuse somme de 15 000 €.

Le prix du scénario le plus inspirant a été décerné à Just Like My Son de la réalisatrice italienne Costanza Quatriglio. Just Like My Son se concentre sur l’histoire de deux frères, Ismail et Hassan, qui ont fui l’Afghanistan et qui vivent maintenant en Europe, partis à la recherche de leur mère biologique. L’actrice et réalisatrice chinoise Joan Chen, membre du jury, a déclaré : « Le non-dit est aussi puissant que le dit dans le film qui persiste et résonne longtemps après que nous ayons fini de le regarder. » Quatriglio a remercié le Festival et le jury pour le prix décerné : « Nous sommes très honorés de recevoir ce prix. »

La célèbre actrice turque Tuba Büyüküstün, aussi ambassadrice de bonne volonté pour l’UNICEF, a annoncé que la victoire du court métrage de l’UNICEF international revenait au court métrage Les enfants de la côte, réalisé par Amelia Nanni. « Cela nous raconte la tragédie d’un enfant réfugié à la rencontre de deux cultures différentes », a-t-elle déclaré. Nanni a affirmé que le prix lui avait donné le courage d’entamer son prochain projet et a même ajouté: « Pour pouvoir continuer certaines œuvres que nous faisons dans la vie, nous pourrions avoir besoin d’un coup de main au bon moment. » 

Ces deux productions ont chacune reçu la somme de 5 000 €.

La compétition « Same Boat »

La réalisatrice iranienne Farnoosh Samadi, membre du jury de la compétition « The Same Boat », a annoncé que le prix avait été décerné à Orada (« Là »), de la réalisatrice turque Zeynep Köprülü. « Dans ce film impressionnant, l’histoire singulière d’une femme est utilisée comme un exemple de mauvais traitements et de l’exclusion auxquels sont exposés les migrants », a déclaré Samadi, ajoutant que cette histoire a plusieurs niveaux. De sa cinématographie à ses acteurs, le film de Köprülü a été récompensé sans hésitation. « Ce prix nous a rendus si heureux et nous a honorés », a déclaré Zeynep Köprülü en exprimant son plaisir de participer au festival de sensibilisation à la migration. La sélection du concours « Same Boat » a remporté la somme de 1 000 €. 

Le prix de la mention honorable a été décerné à la production titrée Oskar & Lili, réalisée par Arash T. Riahi.

Parmi les membres du jury figuraient l’acteur américain, réalisateur et humanitaire Danny Glover, le célèbre acteur bosniaque Emir Hadzihafizbegovic, l’actrice sino-américaine Joan Chen, le réalisateur danois Lone Scherfig, la costumière britannique Sandy Powell — nommée Officier de l’Ordre de l’Empire britannique (OBE) en 2011 pour ses services rendus à l’industrie du cinéma — et enfin l’acteur iranien Shahab Hosseini qui a reçu le prix du meilleur acteur à Cannes en 2016 pour son rôle dans The Salesman (« Le client »). 

L’acteur syro-américain oscarisé, F. Murray Abraham, était le président d’honneur du festival. Fils d’immigrés, il déclare : « En tant que fils d’un homme qui a émigré de la Syrie ottomane aux États-Unis, je comprends et m’identifie aux problèmes de la migration. Ce festival prend beaucoup de sens pour moi ».

Au total, 45 films de 30 pays étaient disponibles gratuitement pendant le festival qui s’est tenu du 14 au 21 juin via www.festivalscope.com. Le festival a été soutenu par le ministère turc de la Culture et du Tourisme, en collaboration avec Festival Scope et organisé par le ministère de l’Intérieur.

Abou el amaim Nada

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *