Gastronomie, Société

Les vitamines

Si l’être humain se nourrissait uniquement d’aliments crus, il consommerait deux, trois, dix fois plus de vitamines qu’il ne le fait avec la nourriture habituelle qui se caractérise surtout par sa pauvreté en vitamines B et C. La vitamine C est détruite par la cuisson. La vitamine B est éliminée dans la farine par le blutage, dans le riz par le polissage, et dans le sucre par le raffinage.

Le scientifique hongrois Albert Szent-Gyorgy (1893-1986), qui reçut le prix Nobel (1937) pour avoir découvert la vitamine C ou vitamine antiscorbutique, indique que l’Homme a un très grand besoin de vitamine antiscorbutique. Seule la saturation de l’organisme par cette vitamine lui permettrait de résister à de nombreuses maladies infectieuses. Souvent, elle empêche la diphtérie, et si elle peut couper une pneumonie il lui serait encore plus facile de la prévenir. Les maladies printanières se propageraient précisément à la faveur d’un appauvrissement considérable de notre organisme en vitamine C au cours de l’hiver.

De nombreuses recherches signalent l’effet bénéfique sur la santé d’aliments riches en vitamine B. C’est ainsi que Baumann et von Deschwanden ont observé que la santé s’améliorait par l’administration régulière de levure sèche, extrêmement riche en vitamines B. Les maladies étaient moins fréquentes, et l’amélioration générale de la santé se manifestait par une plus grande endurance.

* * *

Cuisine soignée et alimentation rationnelle sont loin d’être identiques. Si nos cordons bleus arrivent, par leurs mets succulents et raffinés, à satisfaire notre appétit capricieux et à nous mettre de bonne humeur, ils ne fournissent pas nécessairement pour cela à notre corps ce dont il a besoin. Car si mon goût raffiné sinon perverti est satisfait, il n’est pas dit que mon corps y trouve son compte. Notre cuisine raffinée est nettement déséquilibrée : trop riche en principes énergétiques (sucres et graisses) et en albumines, et trop pauvre en substances minérales et en vitamines.

Un affaiblissement de l’état général et toutes sortes de maux jusqu’aux plus graves, voire mortels, en sont les conséquences. Plus la ration alimentaire contient d’aliments raffinés tels que la farine blanche, le riz poli, le sucre raffiné et les graisses purifiées, et plus elle est riche en viande, moins elle répond aux besoins physiologiques de l’organisme. Une telle nourriture est la cause essentielle de la carie dentaire et favorise en outre l’apparition du goitre, de l’ulcère d’estomac et de l’intestin, de l’artériosclérose et du cancer.

Meliha Serbes

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *