Art, Culture, Découverte, Société

L’exposition d’Ara Güler accessible aux quatre coins du monde avec Arkas

Le 22 février, le centre d’art d’Arkas à Izmir a ouvert une exposition en la mémoire d’Ara Güler nommée « Bonjour Izmir ». « Bonjour » ou « merhaba » en turc était son mot préféré. Malheureusement, la pandémie du Covid-19 a obligé le centre à fermer ses portes.

Ara Güler est un photographe et journaliste turc d’origine arménienne né en 1928 et mort en 2018. Il est surnommé « l’œil d’Istanbul » pour avoir été l’un des plus grands de sa génération. En effet, il a remporté des prix et distinctions internationaux : en 1961, il est remarqué comme l’un des sept meilleurs photographes par la revue anglaise Photography Annual et a notamment reçu le titre de photographe du siècle en Turquie en 1999 ainsi que la Légion d’Honneur en 2000.

Durant sa carrière, il a utilisé différents types de matériels bien que la photographie en noir et blanc soit celle qu’il affectionnait le plus. Il a visité différents lieux autour du globe afin de mettre en avant sa passion, la Turquie, son pays favori, l’Iran, l’Inde, le Kenya et bien d’autres pays. Il a également eu l’opportunité de rencontrer de grandes personnalités : il est allé 11 fois au Festival de Cannes et y a photographié les plus grands acteurs ; il a aussi rencontré Picasso, Dali, Louis Aragon, etc.  

Le 1er mai, l’exposition a rouvert sous une tout autre forme : en ligne. Les visiteurs du monde entier peuvent profiter des œuvres de l’autodidacte Ara Güler. Pour cela, il suffit de naviguer sur le site web du centre d’art d’Arkas.

Cette exposition est d’autant plus impressionnante qu’elle montre pour la toute première fois au grand public des photos qui n’avaient auparavant jamais été dévoilées par le photographe de la région d’Izmir. 700 œuvres inédites y sont publiées permettant de découvrir la ville d’Istanbul vue par l’œil d’un artiste ainsi que d’autres œuvres d’art et de culture internationales. La particularité de cette exposition est que l’on y découvre la région d’Izmir à travers le XXe siècle, des débuts de l’artiste dans les années 50 jusqu’à la fin de sa carrière dans les années 80. Vous y trouverez donc plaisir à analyser l’évolution de la photographie ainsi que de différentes villes turques de la région.

Anaëlle Barthel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *