Economie

L’inflation au plus bas depuis 2009

Pour la première fois depuis 2009, le taux d’inflation comptabilisé par l’économie turque est passé en juin 2015 sous le seuil des 8%. Un niveau étonnement bas qui vient conforter la prospérité économique de ces dernières années après plusieurs décennies d’un régime inflationniste étouffant.

7,60% seulement : c’est en substance l’augmentation enregistrée par l’indice des prix à la consommation (IPC) pour les six premiers mois de l’année 2015. Un chiffre qui aurait fait pâlir la plupart des gouvernements européens, plus habitués dans ce domaine au statu quo, mais qui, à l’inverse, prend un tout autre sens pour le gouvernement turc.

TurkStatEn effet, le phénomène, révélé ce matin par l’Institut turc des statistiques (TurkStat), témoigne d’une embellie inespérée pour l’économie turque alors même que l’année 2015 avait débuté sous les pires auspices. Après la forte dépréciation de 14% subie par la livre turque au cours du premier trimestre – une baisse qui, cumulée sur les trois dernières années, avoisine les 20% – le début du mois de juin a vu la bourse d’Istanbul perdre 8% dans la foulée des élections législatives du 7 juin.

Le niveau le plus bas depuis six ans

Plus de six années auront été nécessaires pour que le précieux indicateur économique ne retrouve des niveaux acceptables depuis l’inflexion mémorable de 2009. Cette année-là, le sévère recul de la croissance jusqu’alors inaltérable de la Turquie (moins 5%) engendrait un phénomène inattendu mais non moins louable de réduction de l’inflation. En berne, l’activité économique voit donc avec surprise le pouvoir d’achat des consommateurs s’améliorer, puisque qu’avec à 5,734% pour l’année 2009, l’inflation atteint un de ses plus bas historiques.

Si ces chiffres auraient sans doute suscité moqueries et dérisions de la part des Banques centrales occidentales qui sont pour la plupart tenues de préserver un niveau d’inflation stable de 2%, en Turquie le phénomène est assez exceptionnel pour être remarqué. Au début des années 1990, l’économie, exsangue, enregistre des taux d’inflation considérables, dont les niveaux ne trouvent d’équivalent dans l’histoire des autres pays qu’au lendemain des grands chocs politiques.

La faute à un agrégat de déséquilibres structurels, partiellement résorbés depuis, qui participent d’une instabilité économique chronique pour le pays. Fragilité du système bancaire, déficits publics abyssaux, déséquilibre de la balance commerciale… Toutes ces composantes ont ainsi contribué à accroitre l’inflation jusqu’au seuil inimaginable de 81% entre la période 1994-1999.

C’était avant que les principes du « consensus de Washington » ne soit prodigués par le FMI à l’économie turque qui, comme par miracle, observe à partir des années 2000 des taux inférieurs à 10%. Mais après la baisse importante de 2009, l’inflation retrouve par la suite un rythme soutenu : 6,23% en 2011, 8,29% en 2013 et même 9,16% l’année dernière.

Rien ne laissait par conséquent présager les données recueillies par TurkStat pour ces six derniers mois. Depuis janvier, l’indice des prix à la consommation s’est ainsi stabilisé à 7,60% en moyenne, juin faisant même apparaître le niveau inflationniste le plus faible avec 7,204% de croissance.

Un recul des prix qui diffère selon les domaines

SI l’inflation est tendanciellement en recul depuis un an, il n’en reste pas moins que l’indice des prix à la consommation continu de croître démesurément. L’économie turque n’est pas prête d’entrevoir un régime de déflation, même si actuellement les prix augmentent moins vite qu’à l’accoutumée. Seul motif de satisfaction pour le moment : le niveau des prix et leur évolution varient fortement selon le secteur d’activité concerné.

Inflation_restaurant

Selon TurkStat, le secteur de l’hôtellerie et de la restauration a connu une inflation de près de 13,8% au cours des six derniers mois.

Comme pour les années précédentes, le secteur de l’hôtellerie et de la restauration fait l’objet de la plus forte hausse depuis le début de l’année. Les prix ont ainsi augmenté de près de 13,8% au cours des six derniers mois selon TurkStat.

Parmi les autres biens et services visés par Turkstat, on retrouve la nourriture et les boissons non alcoolisées pour lesquelles les prix ont crû de 9,25%. Les biens d’ameublement et l’équipement ménager ont quant à eux vu leurs prix enfler de 8,69%. Enfin, le marché du logement, confronté à une demande croissante, a connu également une augmentation conséquente de 8,15% .

Malgré une hausse constante des prix, les consommateurs pourront néanmoins trouver un peu de réconfort puisque le secteur de l’habillement a en revanche enregistré une baisse non négligeable de 4,97% pour le mois de juillet.

Matéo Garcia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *