Art, Culture, Société

L’investissement des lycéens de Notre-Dame de Sion en faveur des olives a fait l’objet d’une exposition photographique

En mai dernier, une exposition photographique a permis d’illustrer avec beaucoup de grâce et de pertinence l’implication des professeures et élèves des lycées français Notre-Dame de Sion et Saint-Michel en faveur de l’olivier, un arbre essentiel du paysage et du quotidien turc. C’est le résultat d’un travail d’équipe au service d’un objectif de sensibilisation aux enjeux environnementaux et de développement durable.Un travail résultant de multiples collaborations

Du 6 au 17 mai dernier, une exposition singulière a pris place au sein du lycée français Notre-Dame de Sion à Istanbul. Intitulé « Olives, du bourgeon à la fourchette », ce projet résulte de l’implication de multiples acteurs. C’est d’abord une collaboration entre les lycées français Notre-Dame de Sion et Saint Michel, à travers l’implication de Seval Erol et İnci Kimyonsen – professeures de géographie et responsables des clubs « Environnement et Développement Durable ». C’est aussi le travail conjoint de deux artistes derrière leurs objectifs, Albert Modiano et Haşmet Demirbil. C’est enfin le soutien de nombreux acteurs publics et privés ainsi que la participation de dizaines d’élèves qui ont participé au projet social « Agriculture durable » lors de la récolte des olives dans la région d’Ayvalık. C’est grâce à tout cela que cette exposition a pu être faite. Ce projet est avant tout le fruit de multiples collaborations au service d’un objectif commun.

La sensibilisation comme objectif sous-jacent

Cette exposition vise à valoriser l’olive et ce que cela représente. Ainsi que l’expliquait Seval Erol lors du vernissage, l’olivier a « une place particulière » dans les esprits en cela qu’il « symbolise l’arbre immortel, de la paix et de la liberté » et constitue « une source de revenus importante du peuple en Anatolie, en particulier dans les régions Akdeniz, Ege et Marmara ». C’est ainsi que la rencontre entre les professeurs, les élèves et les artistes a donné une exposition lourde de sens et de qualité. Pendant près de deux semaines, les visiteurs ont pu voir des clichés artistiques en noir et blanc des élèves, mais aussi des locaux participant aux différentes étapes de la récolte, le tout dans un paysage authentique et typiquement rural. L’objectif de ce projet était de sensibiliser, ne serait-ce qu’à une petite échelle, à l’importance de l’olivier pour l’environnement et les Turcs. Étant donné les réactions positives du public, l’on peut dire que c’est un pari largement réussi.

Un engagement solide de Notre-Dame de Sion

Cette implication des jeunes et surtout leur volontarisme pour mettre la main dans les olives est ce qui a le plus ému les deux professeures à l’origine du projet. À travers cela transparait toute l’implication du lycée français Notre-Dame de Sion en faveur de l’environnement et in fine du développement durable. Les réalisations sociales de l’école sur ces thématiques-là sont nombreuses ; comme la permaculture, la kermesse sur les produits recyclables ou encore le projet de développement de village à travers le reboisement, pour ne citer que quelques exemples. Très largement soutenu par les corps professoral et administratif, mais aussi par des acteurs externes, le club de l’environnement mène donc une action engagée en ce sens. Le projet relatif aux oliviers n’en est qu’une émanation parmi d’autres et permet au passage de rassembler et partager des énergies positives, servant ainsi la finalité des activités culturelles et sociales proposées par le lycée.

Kiymet Altan

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *