Economie, International, Société

Lorsque la philosophie du rakı ambitionne d’envahir la planète

L’entreprise Mey développe la vente du rakı à l’international. Plus qu’un simple alcool, c’est une véritable philosophie de vie qui tend à se développer.

raki

Tout le monde connait le rakı, cet équivalent turc du pastis français, ou du moins sa réputation. Les Occidentaux ne le tienne généralement pas en grande estime, de nombreux Turcs eux n’envisage pas une soirée sans son goût délicatement agressif. Il faut savoir que le rakı (aussi appelé « lait de lion » par ses inconditionnels) se boit avec des amis lors d’une soirée particulièrement sympathique où vous refaites le monde autour d’un verre dans un endroit chaleureux. C’est d’ailleurs ce mode de consommation du rakı qui est la pierre angulaire de la campagne de communication visant à rendre internationale sa consommation. L’entreprise Mey qui est à l’origine de cette initiative a effet nommé sa campagne « unrush your world » soit « calmez votre univers » ou encore « prenez le temps de vivre » pour promouvoir son produit.

Cette expansion du rakı est pour le moment un succès puisque Mey a enregistré un chiffre d’affaire de 36 millions de dollars en 2014 pour les seules exportations et ambitionne désormais d’exporter 10 millions de litres de la boisson anisée. Déjà vendu dans 55 pays, le rakı jouit d’un certain succès principalement en Grèce malgré la crise économique, en Allemagne, en Chypre du Nord et aux Pays-Bas. Mey espère développer prochainement son marché en Grande-Bretagne. L’entreprise Mey est née en 2004 après la privatisation du secteur de la production d’alcool en Turquie. Elle est aujourd’hui capable de produire 50 millions de litres de rakı de douze sortes.

Anne-Laure Gratin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *