Culture, Environnement, Tourisme

L’UNESCO fête les 30 ans de l’inscription des zones historiques d’Istanbul à la liste du patrimoine mondial

Kadir Topbaş, l’actuel maire d’Istanbul était hier, mercredi 8 avril, à Paris pour y visiter l’UNESCO à l’occasion du 70ème anniversaire de l’organisation qui coïncidait avec le 30ème anniversaire de l’inscription des zones historique d’Istanbul à la fameuse liste du patrimoine mondial.

UNESCO_Istanbul

Kadir Topbaş et Irina Bokova.

M. Topbaş, architecte de formation, a pris part à une table-ronde sur la préservation du patrimoine face aux défis du développement urbain et de la croissance démographique dans les mégapoles.

Au cours de la soirée a également été présentée une expo-photo consacrée à « l’Esprit d’Istanbul », dévoilant les monuments emblématiques de l’autre ville aux sept collines. Enfin, un concert intitulé « Voix d’Istanbul » faisait entre autre intervenir un Sema, la célèbre cérémonie soufie des mevlevis ou derviches tourneurs.

UNESCO_4

Irina Bokova, la directrice générale de l’UNESCO a rendu hommage à « la valeur universelle extraordinaire d’Istanbul » qui « réside dans son intégration unique de chef d’œuvres architecturaux qui reflètent les carrefours entre les cultures européennes et asiatiques ». Félicitant la Turquie pour ses efforts envers la préservation du patrimoine culturel de la ville, la Bulgare a rappelé que « la conservation et le développement urbain sont pleinement compatibles ».

UNESCO« Istanbul est emblématique pour de nombreuses civilisations. Elle envoie un message fort au monde, en particulier en cette période trouble où nous assistons à la destruction d’éléments inestimables du patrimoine culturel. », a-t-elle souligné faisant référence aux nombreuses destructions de temples, églises et mosquées.

Enfin, remerciant la directrice générale pour son soutien et l’excellente coopération entre la Turquie et l’UNESCO, le maire d’Istanbul, qui s’est vu remettre un certificat ainsi qu’une médaille spéciale marquant le 70ème anniversaire de l’organisation, a fait l’éloge de la capacité de la culture à « rassembler les peuples », a appelé de ses vœux à ce qu’elle soit « mise en avant comme une langue commune de l’humanité », et a rappelé le besoin de « préserver non seulement les édifices mais également les modes de vie qu’ils abritent ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *