Culture, Société

L’Université de Galatasaray, un symbole de la francophonie en Turquie

recteur GalatasarayL’Université de Galatasaray a accueilli le 28 janvier dernier le Président François Hollande le temps d’un discours. Aujourd’hui la Turquie revient sur l’actualité de l’université, sur les liens très particuliers qui l’unissent à la France et sur la venue du Président. Rencontre avec son Président le Prof. Dr. Ethem Tolga.

Crée en 1992 par un accord bilatéral entre la France et la Turquie, l’Université de Galatasaray représente un symbole culturel de la francophonie en Turquie. Son enseignement, dispensé essentiellement en français, est réputé pour son niveau d’excellence et trace un véritable pont culturel entre les deux pays. D’après son recteur : « Galatasaray est une communauté francophone très célèbre en Turquie, avec le club sportif, l’école primaire, le lycée et l’université. Avec la création de celle-ci, la francophonie en Turquie est devenue plus active. Galatasaray est très attirante pour les étudiants : les lycées francophones ont gagné en popularité car il y a un parrainage de l’université qui participe à leur rayonnement. »

Une visite présidentielle de bon augure

C’est donc naturellement que le président François Hollande a choisi ce lieu symbolique pour y faire un discours qui, selon certains observateurs, laisse présager une amélioration dans les échanges que l’université entretient avec la France. En effet, comme le dit le Prof. Dr. Ethem Tolga : « Son allocution était très positive. Il n’est pas réticent comme Sarkozy. Il a parlé des relations historiques entre les deux pays et s’est montré très ouvert sur les collaborations futures. Il existe un consortium de 31 universités françaises qui soutiennent Galatasaray. La bureaucratie sera plus allégée.
. Cela permettra également de faciliter les échanges de professeurs et d’étudiants. ». Des échanges académiques enrichis donc, mais aussi un rapprochement politique que le Recteur considère comme certain : « Lorsqu’un président de la République rend visite à la Turquie, les relations franco-turques s’améliorent. Lorsque le Général de Gaulle est venu en Turquie en 1968, le peuple avait ici une grande sympathie pour cet homme. Mais, durant les années 70, les relations se sont détériorées, surtout à l’époque de Giscard-d’Estaing. Puis, Mitterrand est venu en Turquie en 1992, il a signé un accord pour la Fondation de l’Université de Galatasaray avec Mr Ozal, ancien président turc. De nouveau, après cela, les relations se sont réchauffées pendant un certain temps. Sous Sarkozy, évidemment, ça allait beaucoup moins bien. Il y a vraiment une grande différence d’attitude entre lui et Hollande. Ce dernier est très positif quant à une entrée de la Turquie dans l’Union Européenne. Les négociations vont maintenant pouvoir reprendre.» Et, même si les questions politiques ont été peu soulevées durant le séjour en Turquie du président français, le Prof. Tolga explique : « Si les relations économiques entre deux pays sont bonnes, leurs relations diplomatiques s’améliorent naturellement. Entre la France et la Turquie, il y a quelques accords, notamment concernant l’énergie nucléaire. L’entente politique se base sur les échanges économiques. »

Des ambitions nouvelles pour l’université

Pour continuer à faire vivre la réputation de l’université et son rayonnement culturel, le Recteur souhaite élargir davantage l’enseignement donné à Galatasaray : « Nous allons augmenter nos offres de master et de doctorat. Il y avait 2 programmes de doctorat et 9 de master en 2008 quand je suis devenu Recteur de l’université. Maintenant nous avons 9 programmes de doctorat et 27 programmes de master. Un tiers des étudiants sont aujourd’hui en master ou en doctorat, mon objectif est de faire en sorte que cette proportion atteigne la moitié du nombre total d’étudiants. » Pour approfondir davantage le secteur de la recherche en technologie, il est également prévu de créer un « Teknopark » : situé près de Tophane et construit en collaboration avec des entreprises industrielles majoritairement françaises, il permettra aux étudiants de master et aux chercheurs d’approfondir leurs recherches sur un plan pratique.
A la question de l’avenir réservé au bâtiment historique brûlé l’année passée, le Prof. Tolga réagit : « Le projet d’architecture est en attente de l’obtention d’un permis de rénovation, pour voir s’il est en accord avec la législation de la protection des monuments historiques. Nous aimerions le restaurer de manière identique. Ces procédures administratives peuvent prendre plusieurs mois, mais nous essayons d’accélérer le processus. La rénovation sera entièrement financée par la Fondation Galatasaray. »

Agata Wacinska

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *