International, Politique

Lutte anti-terroriste : l’UE vers une collaboration renforcée avec le monde musulman

mogheriniCe début de semaine un sommet européen s’est tenu à Bruxelles avec pour sujet la lutte anti-terroriste. L’UE a décidé de se réunir avec ses partenaires du monde musulman pour établir une collaboration renforcée.

Cette réunion a eu lieu alors que l’Europe est en alerte maximum depuis les attentats de Paris et les récentes arrestations qui ont eu lieu en Belgique et ailleurs en Europe. Ainsi, Paris et Bruxelles sont particulièrement sur le qui-vive, mais c’est aussi le cas de l’Allemagne, qui a fait annuler la dernière manifestation de Pegida menacée par l’État islamique et de la Grande-Bretagne, qui a renforcé sa sécurité autour des bâtiments publics et des institutions juives. À cela on peut ajouter que les récentes manifestations contre les caricatures du prophète Mahomet dans les pays musulmans sont loin d’atténuer les craintes de l’Europe.

Ce sommet s’inscrit aussi dans une politique globale de renforcement des mesures de sécurité et des politiques sécuritaires. C’est le cas par exemple en ce qui concerne la coopération européenne en matière de renseignement, le renforcement des contrôles aux frontières de l’espace Schengen, la lutte contre les trafics d’armes et le blanchiment d’argent, mais aussi le débat sur la mise en place du PNR (le registre commun des passagers aériens) toujours bloqué par le Parlement européen.

Ainsi, l’Europe a voulu se réunir avec les partenaires musulmans, en particulier la Turquie et la Ligue arabe, pour mettre en place une politique conjointe de lutte contre le terrorisme. L’objectif était donc de favoriser la coordination, la coopération et l’échange d’information avec ces pays.

NabilelArabi

Nabil al-Arabi

À l’issue de cette réunion, deux mesures ont été annoncées par Federica Mogherini, la Haute Représentante de l’Union pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité. Premièrement, l’Union européenne va envoyer dans ses délégations des attachés de sécurité qui auront pour mission d’établir un travail permanent et coordonné avec les responsable locaux de la lutte anti-terroriste. Deuxièmement, l’Union européenne va établir des liens, des dialogues et des communications renforcée avec les « arabophones » dans l’Union européenne et en dehors. Il faut comprendre par cette expression que l’Europe veut favoriser le dialogue et l’échange d’information avec ses interlocuteurs musulmans ou en contact avec les milieux musulmans.

Ces annonces ont été accompagnées de déclarations conjointes de Federica Mogherini et Nabil al-Arabi, secrétaire général de la Ligue arabe. La chef de la diplomatie européenne a ainsi fait part de sa volonté de favoriser le dialogue afin d’éviter un choc des civilisations, précisant qu’elle n’oubliait pas que les premières victimes du terrorisme étaient les pays arabes et les musulmans. Quant à Nabil al-Arabi, il a déclaré que le terrorisme n’était pas qu’une question militaire et sécuritaire mais aussi et surtout une question intellectuelle, culturelle, médiatique et religieuse.

C’est ainsi un message d’apaisement qui a été livré par ces deux diplomates. Au travers de ces déclarations, ils appellent à une remise en question mutuelle en Orient et en Occident et cela par tous les acteurs de la vie politique et sociale tout en condamnant et en organisant la lutte contre le terrorisme.

Cette réunion est donc apparue comme un prélude de bon augure avant le grand sommet européen sur la lutte anti-terroriste à venir le 12 février prochain.

Thomas Nicod

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *