Culture, Découverte, Société, Tourisme

Le manteau du Prophète attire de nombreux visiteurs à Istanbul

Le manteau du Prophète Mahomet, tissé de lin, de coton et de soie, est exposé dans une mosquée d’Istanbul et attire bon nombre d’hommes et de femmes venus spécialement pour l’admirer.Également appelé Hırka-ı Şerif  (le « Manteau Noble »), il est exposé tous les ans durant le mois de Ramadan dans la mosquée éponyme et attire des milliers de croyants chaque année.

Le manteau du Prophète est parvenu à Istanbul au XVIIe siècle, lorsque l’Empire ottoman contrôlait une grande partie du monde musulman. Avant d’arriver à Istanbul, le manteau sacré a parcouru de nombreux kilomètres, en passant par l’Arabie Saoudite et le Yémen.

Ledit manteau a été donné en cadeau à Uwais Al-Qarni au VIIe siècle. Al-Qarni, originaire du Yémen, a souhaité se rendre à Médine pour rencontrer le Prophète Mahomet. Mais lorsqu’il apprit que sa mère était malade, il rentra au Yémen sans rencontrer le Prophète. Touché par son histoire, Mahomet aurait confié son manteau à ses compagnons pour qu’ils l’offrent à Al-Qarni.

Ce dernier n’ayant pas d’enfant, le vêtement a été conservé par ses proches et transmis de génération en génération, explique le mufti d’Istanbul, Hasan Kamil Yılmaz.

En 1611, le Sultan ottoman Ahmet Premier a fait venir le manteau sacré à Constantinople (désormais Istanbul) depuis la ville turque de Kuşadası où les proches d’Al-Qarni le conservaient. « Depuis, Hırka-ı Şerif est à Istanbul », explique Hasan Kamil Yılmaz.

En 1851, le sultan Abdülmecid Premier fit construire la mosquée éponyme Hırka-ı Şerif afin de conserver et d’exposer la relique.

Le manteau appartient actuellement à Barış Samir, descendant de la 59e génération d’Al-Qarni. Il a déclaré à propos du vêtement : « C’est un honneur, nous sommes très heureux de le conserver, c’est une grande responsabilité. Mais c’est également un travail difficile, une dure responsabilité, aussi bien moralement que financièrement ».

Chaque année, plus d’un million de croyants venant du monde entier viennent admirer le vêtement sacré. « Des gens de Sibérie, d’Afrique, d’Amérique ou d’Extrême-Orient viennent voir le manteau du Prophète. Le nombre de visiteurs dépasse habituellement un million. Nous recevons de nombreux visiteurs spécialement lors de Laylat al-Qadr (La Nuit du Destin, qui marque la nuit où le Coran a été révélé) parce qu’on peut voir le manteau jusqu’au matin », a souligné Barış Samir.

Solène De Faria Conto

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *