Art, Culture, Découverte, Société, Tourisme

Manuscrits sous haute protection à Konya

La bibliothèque de Konya qui est l’une des plus importantes de Turquie abrite près de 30.000 manuscrits rares et précieux datant de la période Seldjoukide pour la plupart. Ces précieux manuscrits sont conservés dans une section spéciale du bâtiment protégée par un système de sécurité de pointe qui comporte une porte blindée possédant trois clés, mais elle est aussi gardée par trois personnes.La collection est ainsi surveillée par des caméras de sécurité à l’intérieur, mais également de l’extérieur de la section de la bibliothèque. Ce système permet de minimiser les risques d’incendie et les vols. Il permet aussi de mesurer la chaleur et l’humidité des pièces afin d’assurer des conditions idéales pour la préservation des œuvres.

Au total, la bibliothèque dénombre 120.000 livres et manuscrits. Se confiant au quotidien Hürriyet, le directeur de la bibliothèque de Konya, Bekir Şahin a expliqué que « la bibliothèque abrite les manuscrits les plus précieux du monde, qui sont en sept langues, y compris en arabe, en persan, en arménien, en syriaque, en kurde, en turc ottoman et en tchaghataï. Parmi eux figurent l’édit du sultan ottoman Abdulhamid II, une Bible imprimée à Rome au XVIIe siècle et le «El-Kanun Fi’t Tıbb» [le droit de la médecine] d’İbn Sina. Les chercheurs qui veulent travailler sur ces manuscrits rares de la bibliothèque peuvent également les consulter numériquement ».

Ces manuscrits d’une valeur inestimable sont sous haute protection notamment grâce aux dons qui permettent à la bibliothèque de renforcer la sécurité du bâtiment. Cette bibliothèque accueille ainsi de nombreux manuscrits écrits par les plus célèbres intellectuels et penseurs, comme Rumi, Ibn- Arabi, Sina et IBN Sadrettin Konevi, d’où l’importance de la préservation de cette collection composée de manuscrits, mais aussi de journaux et de précieux livres faisant partie du patrimoine culturel du pays qui seront transmis aux générations futures. Par ailleurs, la section abritant ces œuvres est protégée par une voûte similaire à celle des banques et une serrure à combinaison pour ouvrir la porte.

Certaines des œuvres abîmés par le temps sont en cours de restauration dans l’atelier de la bibliothèque destiné à cet effet. La restauration, un processus on ne peut plus minutieux, s’effectue en fonction de l’état des livres et des manuscrits, mais aussi de l’importance des dégâts constatés. Ainsi, des solutions chimiques sont utilisées pour les livres atteints par les acariens – l’ennemi numéro un des livres puisqu’ils détruisent les pages – tandis qu’un nettoyage au pinceau est privilégié pour les documents les plus fragiles. La difficulté consiste à colmater les trous. Puis arrive l’étape de la reliure du livre. Ce n’est qu’après que l’œuvre peut être replacée sur les étagères de la bibliothèque. Cette restauration permet donc de prolonger la vie des livres et ainsi de préserver ce qui ne constitue pas moins qu’un riche et précieux patrimoine culturel mondial.

Tülin Ağaç

 

 

 

1 Comment

  1. mongi gharbi

    Merci pour cet article d’information. Ce qui manque cependant c’est l’adresse électronique de la bibliothèque et les conditions d’accès en Turquie et à l’étranger.
    cordialement.
    Mongi Gharbi-Tunisie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *