Culture, Découverte, Société, Tourisme

Le mausolée de Mevlâna, troisième musée le plus populaire de Turquie

Dédié à Mevlâna, poète du XIIIe siècle et père des derviches tourneurs, le musée de Konya est le troisième lieu le plus visité de Turquie.

Au cœur de l’Anatolie centrale et de la vielle ville de Konya repose Djalâl al-Dîn Rûmî (dit Mevlâna, le « guide » ou le « sanctifié »), l’un des poètes les plus connus et lus de la planète.

Sa tombe garnie de faïence turquoise est le troisième site le plus populaire de Turquie après la Basilique Sainte-Sophie et le Palais de Topkapı, à Istanbul.

Ce qui est aujourd’hui un musée a attiré plus de 2,8 millions de visiteurs – locaux et touristes étrangers confondus – en 2018.

Selon le directeur provincial de la culture et du tourisme, Abdussettar Yarar, le nombre de visiteurs a augmenté de 13 % au cours des six premiers mois de 2019. Les Iraniens, Chinois, Taïwanais, Sud-Coréens, mais aussi Américains seraient ceux qui sont le plus attirés par ce lieu dédié à l’un des saints du soufisme dont la religion était l’amour, selon M. Yarar qui s’exprimait au micro de l’Agence Anadolu.

Ce dernier souligne par ailleurs que de nombreuses informations sur Mevlâna sont à la disposition des touristes : « Nos activités continuent de promouvoir le patrimoine historique et culturel de notre ville, en particulier de Mevlâna ».

Rûmî, né en 1207, est arrivé à Konya, ville fondée par les Hittites, quand il n’était alors qu’un enfant. La région avait été laissée à Bahâ’oddîn Walad, son père, théologien et maître soufi, par Alaeddin Keykubad, un sultan seldjoukide. C’est ici qu’il fonda l’ordre des derviches tourneurs (mevlevis), l’une des principales confréries soufies.

À la mort de Rûmî, le 12 décembre 1273 – une nuit appelée la « Şeb-i Arus », la « nuit de noces » —, il fut inhumé près de son père. Sa sépulture repose sous le dôme vert construit plus tard, en 1274.

Le couvent des derviches tourneurs et la tombe de Mevlâna ont été ouverts en 1926 et sont devenus en 1954 un musée.

Camille Saulas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *