Société

Médaille de la bravoure canadienne décernée à un Turc

Pour la première fois dans l’histoire du Canada, un citoyen turc, Rıza Kaşıkçıoğlu, s’est vu décerner la Médaille de la bravoure des mains du gouverneur général du pays.

Crédit photo : AA

Le 19 janvier dernier, Rıza Kaşıkçıoğlu est devenu un héros outre-Atlantique après avoir risqué sa vie pour sauver les habitants d’un immeuble en feu à Edmonton, dans la province de l’Alberta, à l’est du Canada.

Ce soir-là, Rıza Kaşıkçıoğlu, qui travaillait chez Maximo’s Pizza & Donair, une franchise de pizzeria qu’il possède et exploite, a assisté à un spectacle effroyable : un bloc d’appartements, situé en face de son établissement, a pris feu sous ses yeux.

Malgré le danger, l’homme s’est précipité vers le bâtiment, a frappé aux portes afin d’avertir les résidents, mais a surtout secouru une demi-douzaine de personnes des flammes, notamment une femme handicapée qui habitait au septième étage, avant que les secours arrivent sur les lieux.

Si 500 personnes ont pu être évacuées par les pompiers, cet incident tragique a néanmoins coûté la vie à une personne.

Pour souligner cet acte héroïque, le 7 juin dernier, la gouverneure générale du Canada, Julie Payette, a remis une Médaille de la bravoure canadienne à Rıza Kaşıkçıoğlu lors d’une cérémonie à la résidence officielle du gouverneur dans la capitale, Ottawa.

La Médaille de la bravoure, créée en 1972, est la troisième décoration la plus importante au Canada au sein du système de distinctions canadien pour des actes de la bravoure.

Ainsi, pour honorer l’homme et son « acte de bravoure accompli dans des circonstances dangereuses », la cérémonie de remise de la Médaille de la bravoure s’est tenue en présence de l’Ambassadeur de Turquie au Canada, Selçuk Ünal. Étaient aussi présents l’épouse et les deux fils de Rıza Kaşıkçıoğlu à qui l’on a diagnostiqué une tumeur au cerveau quelque mois après les événements.

Malgré plusieurs blessures à la tête et au dos durant le sauvetage, Kaşıkçıoğlu, arborant un drapeau turc sur la poche de sa veste, a déclaré lors de la cérémonie qu’il était fier de recevoir cette distinction « au nom de la nation turque », avant d’ajouter : « Aujourd’hui je n’hésiterais jamais à refaire la même chose […] Aider ceux qui sont dans le besoin constitue une part essentielle des Turcs. Cela fait partie de nos traditions et de notre foi ».

Camille Saulas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *