Cinéma, Société

Les meilleurs films de Daniel Day-Lewis projetés sur les écrans d’Istanbul Modern

Les films de l’acteur britannique Daniel Day-Lewis seront projetés au cinéma d’Istanbul Modern dans les prochains jours.

Le premier programme du cinéma d’Istanbul Modern dans son lieu temporaire s’apprête à mettre en lumière la carrière cinématographique spectaculaire de Daniel Day-Lewis qui avait annoncé l’année dernière sa décision de se retirer des plateaux après le tournage de Phantom Thread.

Le célèbre acteur a démarré sa carrière avec le film ‘’Sunday, bloody Sunday’’, en 1971. Il a travaillé avec des réalisateurs majeurs de Hollywood tels que Steven Spielberg et Martin Scorsese. Daniel Day-Lewis est l’acteur qui a obtenu le plus d’Academy Awards grâce à ses performances dans ‘’My Left Foot’’ en 1989, ‘’There will be blood’’ en 2007 et “Lincoln” en 2012.

Jusqu’au 3 juin, ce nouveau programme d’Istanbul Moderne donne un aperçu de la carrière de Daniel Day-Lewis qui a duré des décennies. De son premier film ‘’The Bounty’’ (1984) jusqu’à sa dernière performance dans ‘’Phantom Thread’’, Istanbul Modern offre aux spectateurs l’opportunité de découvrir ou redécouvrir l’acteur talentueux dans dix rôles différents et magnétiques.

En effet, Daniel Day-Lewis a apporté beaucoup quant aux techniques de jeu et à la dramaturgie. Afin de pouvoir incarner l’écrivain irlandais Christy Brown atteint de paralysie cérébrale, qui écrivait et dessinait avec son pied gauche, il a utilisé un fauteuil roulant pendant des mois. De plus, pour jouer dans le film ‘’The Unbearable Lightness of Being’’, il a appris la langue tchèque. Quand il se préparait pour le rôle du boucher Bill dans le film ‘’Gangs of New York’’, il écoutait Eminem chaque jour à cinq heures du matin afin de ressentir la folie et l’énergie de son personnage.

Ainsi Daniel Day-Lewis s’est exprimé sur ses techniques de préparation à ses rôles hors du commun: ‘’ Les gens parlent de mon processus de préparation qui signifie une énorme souffrance à leurs yeux, mais pour moi c’est un plaisir. La boucherie ne serait probablement pas mon premier choix, néanmoins tout ce qui exige une aptitude particulière, par exemple la manière dont un boucher aiguise son couteau, représente une certaine beauté pour moi.’’

Ses films seront encore projetés le 31 mai ainsi que le 2 et 3 juin. Ils seront tous sous-titrés en turc.

Aslınur Karaboğa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *