Politique

Merci pour ce moment : Confessions indignes de Valérie Trierweiler

Valérie Trierweiler Paris Match“La vengeance est un plat qui se mange froid”. Selon Valérie Trieweiler, François Hollande l’actuel président de la République et son ex-compagnon est un menteur, manipulateur prêt à tout pour garder le pouvoir. C’est à travers son livre : Merci pour ce moment (Les Arènes) que le célèbre dicton prend tout son sens. Humiliée par l’affaire Julie Gayet, cette dernière n’a pu supporter d’être “jetée comme un vieux mouchoir” aux yeux de toute la France. Et elle nous le fait savoir ! Cette démarche peu commune avait pour but de témoigner certaines vérités aux français sur sa vie avec le chef de l’État et du caractère immoral voire déshumanisé de ce dernier.

LE COMPLOT CONTRE MADAME TRIERWEILER

Pourtant, c’est en critiquant François Hollande et en dévoilant des moments intimes tels que des scènes de ménages du couple, que l’ex première dame a perdu toute crédibilité. Et pour cause, sa posture de victime ne semble pas naturelle, ainsi la volonté de redorer son blason est quasiment réduite à néant, se transformant en un tas de reproches imbuvables. Elle, qui ne voulait plus qu’on l’appelle “la favorite de France” ou “la maîtresse” s’est confirmée dans son rôle de femme jalouse et vengeresse telle une guerrière.
De bout en bout, Trierweiler se présente comme la victime, tour à tour, d’un bourreau des cœurs (François Hollande), d’une comédie ubuesque politique à laquelle elle ne comprend rien, d’un grand mépris à son égard mis en scène par des médias.
Elle décrit François Hollande comme un homme sans cœur qui n’est habité que par une soif de pouvoir. Il est alors présenté comme un individu méchant, prêt à tout pour la mettre plus bas que terre. Tout comme les conseillers, amis et proches du président ainsi que Ségolène Royal. Ironie du sort, l’on penserait presque à un complot contre Madame Trierweiler.

“LES AFFAIRES PRIVÉES SE TRAITENT EN PRIVÉ”

Merci pour ce moment Les arènesElle nous confie certains moments intimes de sa vie comme lorsqu’elle a été hospitalisée suites aux révélations que la trahison de son compagnon. Certaines scènes de jalousie ou de détresse auxquelles le lecteur n’a probablement pas envie d’être confronté. Le paradoxe est-il que “les affaires privées se traitent en privé” !
Cette mascarade se poursuit ensuite par la révélation de phrases choc comme lorsque François Hollande évoque le cas Laurent Fabius en rétorquant que ce dernier a raté sa vie car il n’a jamais réussi à être président.
Pour quelles raisons et au nom de quoi les Français doivent-ils faire face à cette crise politique et personnelle des politiques eux-mêmes. Celle qui avait de belles ambitions pour la France se moque considérablement de ses citoyens en faisant part que François Hollande traite les pauvres de “sans dents”. Malgré la souffrance incontestable que l’ex dame de France a subi, il ne semble pas que Ségolène Royal, elle aussi trompée par François Hollande, ait déjà eu la décence de faire un livre évoquant ce genre d’histoires grotesques.

DÉCHÉANCE : LA FATALITÉ TRIERWEILER

En lisant ce livre, l’on sent la rage de la journaliste de Paris Match puisque la moitié de son livre Merci pour ce moment est exclusivement réservé au récit de l’histoire Hollande – Gayet qu’elle n‘a pas pu digéré.
Homme à femmes, n’aimant que les riches, traitant la famille Trierweiler de “pas jojo” est en total décalage avec son ex-compagne laquelle martèle son enfance en HLM, sa mère caissière à la patinoire d’Angers, son père invalide de guerre, ses cinq frères et sœurs, ses petits boulots et sa peur du manque.

PREMIÈRE DAME – INDIGNE – DE FRANCE

L’on peut alors se demander quelle est la finalité de ce projet ? Après plus de 200 000 exemplaires vendus en France et une rupture de stock dans de nombreuses librairies, Valérie Trierweiler serait-elle habitée par un esprit de business woman, serait-ce une stratégie de communication pour redorer son image, si vite oubliée ou bien de vouloir faire passer indélicatement un message tacite à François Hollande ? Quoiqu’il en soit malgré la qualité de son écriture très prenante et captivante, les histoires de cœur à la presse mondaine que la journaliste a si bien dénoncés et critiqués, n’intéressent en vérité que ceux qui en sont complices.

Charlotte Lelouch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *