Politique

Meurtre terroriste dans les Yvelines, en France

Le lundi 13 juin, un couple a été assassiné à son domicile par un homme. Déjà condamné pour terrorisme, l’homme s’est revendiqué de l’organisation terroriste « Etat Islamique ». 

Police-IMG_4105

Un symbole de l’autorité de l’Etat visé

Le terroriste a visé un commandant de police et l’a abattu à l’arme blanche. L’homicide a eu lieu devant le domicile de la victime dans un quartier pavillonnaire calme de Magnanville, dans les Yvelines.  L’homme s’est ensuite retranché dans le domicile de la victime, autour duquel les forces spéciales du RAID [force d’assaut française] se sont regroupées. Le meurtrier a été abattu pendant l’assaut. Le corps de la compagne du commandant de police a également été retrouvé, à l’intérieur du domicile cette fois. Le fils des deux victimes âgé de trois ans a, quant à lui, été retrouvé sain et sauf. Il semblerait que ce soit la police qui ait été visée par l’attaque. Les deux victimes travaillaient dans ce secteur, l’homme en tant que commandant de police à Mureaux et sa compagne en tant que secrétaire administrative au commissariat de Mantes-la-Jolie.

Le meurtrier, déjà condamné pour « terrorisme » 

Lors d’une communication téléphonique avec les forces de l’ordre placées à l’extérieur de la maison, l’homme s’est revendiqué comme appartenant au groupe djihadiste « Etat Islamique ». Par ailleurs, l’enquête primaire a relevé que l’homme, nommé Larossi Abballa, avait déjà été condamné, en 2013, à trois ans de prison dont 6 mois avec sursis pour « association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes ». Il avait participé à l’organisation d’une filière de recrutement et d’acheminement de combattants djihadistes.

Ce type d’attaque, peu organisée et difficile à anticiper par les services de renseignements est redouté. Il s’agit de crimes perpétrés par des « loups solitaires », qui ont tendance à passer outre la surveillance de la police.

L’organisation terroriste « Etat Islamique » a revendiqué les deux assassinats. Le parquet antiterroriste s’est saisi de l’enquête. Le président de la République française François Hollande a dénoncé « un acte incontestablement terroriste ».

M.C

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *