International, Sport

Mondiaux de judo 2014 : L’Équipe de France à Tcheliabinsk

Les Championnats du Monde de Judo de 2014 ont eu lieu la semaine dernière à Tcheliabinsk, en Russie. Les Bleus étaient très attendus dans cette compétition internationale, emmenés par plusieurs champions du monde en titre. Retour sur les performances des judokas français aux Mondiaux.

Une semaine à deux vitesses …

Automne Pavia

Automne Pavia

L’équipe de France de judo a certes eu un début laborieux dans ces Championnats du Monde en Russie, une semaine qui s’est soldée par sept médailles individuelles, dont deux en or, et une médaille en équipe. Les trois premières journées ont été un peu troubles, riches en questionnements et en doutes pour les poids plume français de la compétition. En effet, seules Amandine Buchard, en – 48 kg, et Automne Pavia, en – 57 kg, auront été en mesure d’enclencher le compteur français des médailles : deux médailles de bronze pour la France en trois jours. Il aura fallu attendre jeudi, un tournant décisif dans le parcours de l’équipe de France à Tcheliabinsk. Et l’équipe de France peut être fière de ses représentantes féminines, qui ont tantôt sauvé l’honneur, tantôt donné le ton pour la deuxième partie de la compétition. On a assisté par exemple à une demi-finale 100 % Française dans la catégorie des – 63kg, qui a opposé Anne-Laure Bellard à Clarisse Agbegnenou, vice-championne du monde et championne d’Europe. Finalement, seule une Française montera sur une marche du podium. La plus belle des marches. Médaillée d’argent à Rio, Clarisse Agebegnenou a enfin tenu sa revanche en remportant le titre de championne du monde. L’or pour la star française des tatamis, enfin.

… mais les Bleues redorent le blason du judo français.

 Competitors from France celebrate their victory against Japan in the women's gold medal match at the World Judo Teams Championships in Paris

En effet, c’est grâce aux femmes que la France a connu un parcours ascendant dans cette compétition. Sur sept médailles individuelles, cinq sont féminines, dont une en or. En effet, en plus de celles que l’on a évoqué auparavant, on ajoute l’argent d’Audrey Tcheuméo, elle qui n’a pourtant pas réussi à conserver son titre de championne du monde des moins de 78 kg, remporté à Paris en 2011, et la toute première médaille mondiale d’Emilie Andéol dans la catégorie des plus de 78 kg, en bronze. Elles ont même décroché l’or dans la compétition par équipes, achevant ainsi cette semaine avec la manière. Emmenée de Priscilla Gneto (- 52kg), Automne Pavia (- 57 kg), Clarisse Agbegnenou (- 63 kg), Margot Pinot (- 70 kg), et Audrey Tcheuméo (+ 70 kg), les Bleues ajoutent un troisième titre de championne du monde par équipes, après 2006 et 2011. Une compétition haute en émotions et en bouleversements, durant laquelle l’équipe de France a retenu son souffle jusqu’au tout dernier match. La délivrance est arrivée grâce à Audrey Tcheuméo, qui a scellé le sort de la finale face à la Mongolie en surprenant son adversaire Battulga sur o-soto-gari. L’ippon de la victoire. Les françaises atteignent le Graal, et comptent bien le conserver.

Les hommes n’ont malheureusement pas été en mesure d’égaler la performance de leurs compatriotes. Ils ont même échoué au premier tour de l’épreuve par équipe. En effet, le parcours des judokas français aura été plus laborieux. Plusieurs d’entre eux étaient attendus au sommet, mais peu ont crée l’exploit. On relèvera notamment les déceptions d’Ugo Legrand, vice-champion du monde en 2011 dans la catégorie des moins de 73 kg, éliminé dès le troisième tour, et Loïc Korval, époustouflant pendant les premiers matchs dans la catégorie des moins de 66 kg, stoppé net aux bords du podium. Ce n’est qu’avec la catégorie des moins de 81 kg que le compteur côté masculin a été enfin débloqué, avec Loïc Pietri qui décroche la médaille de bronze, déchu de son statut de champion du monde en titre. Mais il y en a pourtant un sur qui l’Équipe de France peut reposer, et il est loin d’avoir déçu, une fois de plus.

Teddy Riner, septuple champion du monde

346348-teddy-riner-champion-du-monde-de-judo-620x0-1Imperturbable. Impressionnant. Expéditif. Il a livré une véritable démonstration sur le tatami russe, confortant ainsi son statut de ténor du judo mondial dans la catégorie des plus de 100 kg. Il a répondu une fois de plus présent, tel un roc que plus rien ne peut perturber. En effet, Il a eu besoin de moins de 54 secondes par match pour atteindre la finale. Et Teddy Riner a encore prouvé qu’il ne reposait pas sur ses acquis, malgré son palmarès déjà impressionnant. Il continue de progresser dans son sport afin de maîtriser son art sous toutes ses formes dans la mesure du possible. Parce qu’il souhaite avant tout, c’est de continuer à faire du judo, rien de plus. Et samedi, il a décroché l’or suite à un parcours exemplaire, à la mesure dans ce talent. Il a même révélé sa marge de progression, grâce notamment à son travail au sol qui lui a prodigué de nouvelles techniques, pourtant difficiles à exécuter pour un gabarit tel que le sien.

La compétition russe de Teddy Riner a d’ailleurs permis de prouver une fois de plus qu’il n’y a pas que la performance et la technique qui comptent dans le sport. Loin de là. C’est notamment grâce à son mental et son expérience qu’il a fait la différence en finale, face au Japonais Ryu Shichinohe. Certes dominant à la saisie, dans un combat quasiment à sens unique, Teddy Riner a eu de quoi être agacé face à un adversaire qui, en se mettant à genoux, refusait littéralement de combattre. Et dans cette incompréhension et cette frustration, le Japonais réussit à faire tomber le Français, 44 secondes avant la fin, chose qui n’était plus arrivée depuis bien longtemps. Mais, les shidos s’étant enchaînés, le Français, maître de ses moyens, aura su gérer sa finale au sang-froid et remporte logiquement la victoire. Et un titre de champion du monde. Un septième. Et pourtant la soif de vaincre du champion demeure insatiable, car il affirme qu’il ne compte pas s’arrêter là, et qu’il a « les crocs ».

Myriam Saqalli

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *