Art, Culture, International

La Mostra de Venise récompense le cinéma turc

La 71ème Mostra de Venise, ou Festival international du film de Venise 2014, a révélé samedi 6 septembre le palmarès de cette dernière édition lors de la cérémonie de clôture au Lido. Et durant l’attribution des distinctions, le cinéma turc a été salué par le jury, qui a remis son prix spécial au film « Sivas », de Kaan Müjdeci. Voici une piqûre de rappel pour tous ceux qui auraient manqué cet événement.

Le réalisateur Kaan Müjdeci

Le jury, présidé par Alexandre Desplat, a tenu à récompenser la nouvelle génération du cinéma. C’est ainsi que l’on peut comprendre la distinction de « Sivas », le premier film du réalisateur turc Kaan Müjdeci, qui l’a également écrit et coproduit. Il met ainsi en scène l’histoire d’un garçon de onze ans, qui élève un chien de combat. La sortie du film est prévue dans les salles avant la fin de l’année 2014. Dans cette même optique, le prix Marcello Mastroianni de la révélation a également auréolé ce cinéma contemporain. Il a été attribué à Romain Paul, incarnant un adolescent en quête de repères dans « Le dernier coup de marteau » d’Alix Delaporte, inscrivant ainsi le cinéma français au palmarès.

Le Lion d’or, distinction suprême de la Mostra de Venise, a été remis à un vétéran du cinéma, le suédois Roy Anderson pour son film « A Pigeon Sat on a Branch Reflecting on Existence ». A travers le regard d’un peintre zoologique, Anderson nous livre une analyse de l’espèce humaine, en distinguant différents types d’hommes, si l’on peut le formuler ainsi. Ce film vient ponctuer une trilogie, et fait suite à ses précédentes oeuvres Chansons du deuxième étage et Nous, les vivants. Le prix du meilleur réalisateur est revenu à Andreï Kontchalovski pour « The Postman’s White Nights », qui traite de la solitude, de l’absurdité de la vie quotidienne, non sans un certain humour empreint de mélancolie. Une touchante empathie vous empreint envers les habitants d’un village déshérité du nord de la Russie, où la nature, magnifique, jouxte les symboles de la forte présence de la technologie militaire. La Mostra se veut toujours attentive aux efforts de recherche artistique dans le cinéma, et elle l’a prouvé à nouveau cette année à travers les récompenses attribuées. Elle a ainsi distingué un cinéma novateur, parfois redondant, mais abouti.

Myriam Saqalli

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *