Economie, International, Politique

Mouvement dans la City à trois jours du référendum sur le « Brexit »

A trois jours du référendum sur le « Brexit », les places boursières européennes s’activent. A la City de Londres, le référendum inquiète et excite à la fois.  

City_of_London

Un référendum décisif

Quelle que soit la réponse majoritaire donnée par les Britanniques à la question « Le Royaume-Uni doit-il rester membre de l’Union européenne ou quitter l’Union européenne ? », la situation de la place boursière londonienne – la City – sera changée, selon les économistes et spécialistes de ce domaine. Si le référendum donne le « Brexit » gagnant, la bourse de Londres n’aura plus le même accès aux marchés européens. Pour certains, elle restera quand même la plus grande place boursière du monde, car ses connexions européennes et internationales persisteront. D’autres affirment que, dans tous les cas de figure, ce référendum changera la place de la City. Certaines multinationales se préparent déjà à repositionner leurs investissements sur l’Europe continentale. De grandes entreprises, comme la banque internationale HSBC, ont d’ailleurs déjà annoncé qu’elles allaient rapatrier leurs activités sur le continent.

Rééquilibrer les places financières en Europe

L’éventuelle sortie britannique de l’Union Européenne apparait comme une opportunité de rééquilibrage des places financières européennes. Un rapport de l’opérateur financier Euronext affirmait que Londres ne devait pas rester le centre de l’économie financière européenne. Selon l’opérateur, la séparation par la Manche entre les grandes entreprises et les banques s’occupant de leurs actifs était une anomalie nécessitant un rééquilibrage.

Les places boursières européennes n’ont pas attendu cet avis pour se préparer à ces changements. Paris a mis en place un comité « Place financière de Paris 2020 » afin de promouvoir les activités de la bourse française et d’inciter les traders de la City à rejoindre Paris. D’autres places financières s’y préparent également comme Amsterdam, Luxembourg ou encore Francfort.

Nuit blanche le 23 juin

Le référendum, très attendu, est aussi une occasion en or de faire du profit pour les opérateurs financiers de la place londonienne. Attendant les premiers sondages, qui seront publiés à la fermeture des bureaux de vote à 22h jeudi soir, les spécialistes de la finance seront à l’affût des mouvements boursiers. Pour eux, l’instabilité créée par le référendum est une opportunité boursière très importante. L’issue de l’enjeu politique qu’est le « Brexit » pourrait entraîner une volatilité des marchés financiers de la même ampleur que le « Mercredi noir » de 1992, qui avait vu la livre sortir du mécanisme de change européen. Les traders resteront donc actifs toute la nuit, en quête d’une opportunité financière pouvant rapporter gros.

Le référendum du « Brexit » n’est donc pas qu’une histoire de politique, mais participe également aux mouvements financiers européens. Reste à savoir si l’issue du référendum modifiera effectivement la situation boursière en Europe comme les économistes, spécialistes et traders le prédisent.

M.C

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *